La prévention des risques professionnels de l’élingage

La formation de l’élingueur aux techniques et aux bonnes pratiques (respect des charges maximales d’utilisation, bon alignement du centre de gravité ...), les vérifications permettant de déceler toute détérioration ou défectuosité des accessoires de levage, le port d’EPI appropriés sont des mesures essentielles de réduction des dangers auxquels les élingueurs sont exposés.

La prévention des risques professionnels de l’élingage

Une élingue est un accessoire de levage qui sert de lien entre un appareil de levage muni d’un crochet et une charge et l’élingage regroupe toutes les opérations de mise en œuvre des élingues, en câble métallique, en chaîne ou en textile, et autres accessoires de levage (palonnier, clé de levage, pinces, …). Un bon élingage est une opération décisive pour la sécurité du levage et de la manutention des charges. Les risques de rupture de l’élingue, de déséquilibre et de glissement de la charge représentent en effet de sérieux dangers pour l’élingueur ou les travailleurs à proximité : écrasement ou heurt par chute totale ou partielle ou déplacement imprévu de la charge ou du crochet d’accrochage, coincement ou lacération des mains et des bras lors de la mise en tension de l’élingue...
Les températures d'utilisation, les agents chimiques, l’usure modifient les caractéristiques des élingues. Pour prévenir les risques de l’élingage, l’application des mesures réglementaires, la formation de l’élingueur aux techniques et aux bonnes pratiques, les vérifications permettant de déceler toute détérioration ou défectuosité des accessoires de levage, le respect des charges maximales d’utilisation et du bon alignement du centre de gravité et autres méthodes d’élingage, le port d’EPI appropriés (chaussures de sécurité, gants et casques de protection, gilet de signalisation) sont des mesures essentielles de réduction des dangers auxquels les élingueurs sont exposés.

Les principaux risques de l’élingage

Le métier d’élingueur consiste à accrocher des charges isolées à un appareil de levage ou les décrocher pour pouvoir effectuer le chargement et déchargement des camions, des wagons, des cargos sur tous les chantiers construction, les ports, les aires de stockage des matériaux… Les accessoires de levage permettent de soulever, déplacer, descendre une charge lors des opérations de manutention avec un engin de levage, un pont-roulant, une grue...
Les accessoires de levage comprennent :
  • Les élingues, constituées de matières résistantes en traction et souples, chaînes, câbles en fils d’acier ou en fibres synthétiques (sangles) ou textiles naturels, qui servent de liaison entre une charge et le crochet d’un appareil de levage. Les extrémités des élingues permettent la fixation (épissure, manchon, serre-câble, crosse) et sont terminés par des crochets, des anneaux.
  • Les palonniers, formés d’une poutre avec à sa partie supérieure un dispositif d’accrochage (œil ou anneau) et à sa partie inférieure de crochets pour recevoir les élingues supportant la charge.
  • Les manilles, accessoires d’assemblage formés de deux parties, le corps et l’axe, qui peut être vissé ou goupillé.
  • Les anneaux de levage
  • Les équipements de prise de charge tels que les pinces à tôles, les électroaimants et clés de levage…

Une élingue est caractérisée par sa Charge Maximale d’Utilisation (C.M.U), qui est spécifiée pour le meilleur cas d’utilisation, et c’est pourquoi il convient d’appliquer un coefficient de sécurité. En effet, l’angle d’ouverture des élingues, leur usure notamment par les arêtes vives des charges, le froid, le non-alignement sur le centre de gravité de la charge, la corrosion par les produits chimiques (acides ou caustiques tels que la chaux, le ciment…surtout pour les élingues textiles), diminuent la C.M.U. Le nombre d’élingues ne multiplie pas d’autant la CM.U car certaines ne servent souvent qu‘à l‘équilibrage et ne supportent que peu ou pas de charge et la C.M.U d'une élingue multibrins est déterminée en tenant compte de celle du brin le plus faible.
Les principales causes d’accidents du travail liés à l’utilisation d’accessoires de levage sont les suivantes :
  • Chute de la charge : décrochage par glissement d’une charge entre la charge et l’élingue ou entre l’élingue et le crochet, rupture de l'attache ou de l’élingue, défaillance de l'anneau de levage de la pièce à soulever.
  • Basculement de la charge en raison d’un mauvais alignement du centre de gravité de la charge à la verticale du crochet ou de l’utilisation d’un support de charge inadapté.
  • Chute d’une partie d’une charge fractionnée : manutention de plusieurs objets, rondins ou tubes et tuyaux avec un élingage en panier avec mauvaise liaison des éléments entre eux.
  • Chute d’un outil, objet ou élément non fixé sur la charge à transporter.
  • Chute de hauteur de l’élingueur lors de l’accrochage ou décrochage de charge, si la pièce à élinguer se situe en hauteur ou est très volumineuse.
  • Coincement ou lacération des mains, des bras ou cisaillement des doigts lors de la mise en tension de l’élingue, par suite du positionnement des différents composants des accessoires de levage, de postures non adaptées à la manutention (tenir l’élingue à la main) ou à de mauvais ordres de manœuvres entre l’élingueur et le conducteur de l’engin ou le pontier ou le grutier.
  • Heurt de l’élingueur pendant le déplacement de la charge ou par le crochet de l’appareil de levage.
Ces types d'accident sont fréquents et entrainent de graves blessures (fractures ou écrasement des membres, traumatismes crâniens), dont certaines sont mortelles.

Les mesures de prévention des risques de l’élingage

Les mesures de prévention des risques de l’élingage passent par le respect de la réglementation de sécurité, les vérifications des accessoires de levage et leur bonne gestion (identification, stockage, rebut), la formation des élingueurs aux techniques du levage, la préparation du chantier de levage et enfin les bonnes pratiques des opérations elles-mêmes et le port d’équipements de protection individuelle appropriés.
  • Les réglementations, les normes et les vérifications

  • L’utilisation d’élingues implique l’utilisation d’équipements pouvant mettre en danger la sécurité et la santé de travailleurs de l’entreprise ou d’entreprises extérieures. C’est pourquoi les élingues et accessoires d’élingage entrent dans le champ d’application de la directive européenne relative à la conception Machines (2006/42/CE). Les accessoires de levage font l’objet de normes de résistance mécanique, d’étiquette et de marquage, de vérifications et examens réglementaires de périodicité annuelle, de manière à déceler toute détérioration ou défectuosité susceptible de créer un danger. Plusieurs caractéristiques doivent être disponibles ou mentionnées sur les élingues :

    - l'identification du matériau.
    - la charge maximale d’utilisation (CMU).
    - le marquage CE et la référence à la norme correspondant à l’élingue.
    - l'identification du fabricant.
    - une notice d’instructions.
    Les normes européennes harmonisées définissent des spécifications techniques pour les accessoires de levage :
    - Elingues câbles : EN 13414-1 à 3
    - Elingues chaînes : EN 818-1 à 6
    - Elingues textiles : EN 1492-1 et 2
    - Accessoires d’élingage : EN 1677-1à 5
    La vérification, avec attestation de contrôle, consiste à repérer les signes d’usure (fibres satinées, coutures abimées…), de coups, de déchirures ou coupures des coutures, de corrosion, de moisissures, de déformations des accessoires d’extrémité (dispositif de sécurité ou accroissement de l’ouverture des crochets…), de dommage thermique (décoloration des fils), de gauchissement des maillons. Il convient de rebuter tout accessoire de levage non conforme.

  • La gestion des accessoires de levage

    • Afin de permettre un suivi, les élingues et accessoires d’élingage doivent systématiquement être identifiés. Les accessoires non identifiés ou non répertoriés ou dont la validité du contrôle est périmée doivent être mis au rebut.
    • Le stockage des élingues doit être soigneux : dans un local sec et aéré, protégé des très fortes ou très basses températures, des rayons UV et des salissures, par exemple sur caillebotis ou râteliers à l‘abri de l‘humidité et des rongeurs. Les élingues métalliques doivent être graissées avant leur stockage puis essuyées avant leur utilisation.


  • La formation des élingueurs

  • Un mauvais élingage et ses conséquences sur la sécurité des travailleurs engagent la responsabilité civile et pénale du chef d’entreprise qui doit s’assurer de la formation professionnelle de l’élingueur. L’élingueur doit avoir reçu une formation théorique et pratique adaptée aux techniques et aux bonnes pratiques de l’élingage : bon dispositif de liaison, limites des charges, signaux de levage, pratique de la mise en œuvre du matériel et des règles de sécurité.

  • La préparation du chantier de levage

  • L’élingueur, le pontier, le grutier et le chef de manœuvre sont amenés à travailler en étroite collaboration pour assurer la sécurité de la manœuvre de levage (toutefois, pour des opérations simples, les différentes tâches sont exercées au sol par un même travailleur). La bonne communication entre l’élingueur et le conducteur de l’appareil de levage est fondamentale : les signaux sonores pour communiquer avec l’élingueur et les gestes visuels de commandement, qui permettent au pontier ou au grutier ou au chef de manœuvre de communiquer et de se comprendre lorsque la distance et/ou le niveau sonore ambiant n’autorisent plus les transmissions d’ordres à la voix, doivent être connus parfaitement. Le pontier ou le grutier doit pouvoir s'assurer que la manœuvre va se passer dans de bonnes conditions, et faire rectifier l'accrochage de la charge ou autres conditions du levage (tirage en oblique, obstacles, …). Un chef de manœuvre est nécessaire quand le conducteur de l’engin de levage ne peut voir en entier la charge ou le lieu de pose de celle-ci.
    Le choix des élingues dépend de l’évaluation de la masse de la charge et d’un large coefficient de sécurité : la capacité de levage d’une élingue décroît avec l’angle d’inclinaison et l’angle des brins ne doit pas dépasser 60° et 45° en cas d’utilisation d’anneaux pour éviter leur arrachement (30° ou moins est un bon angle d’inclinaison). Cela peut induire une grande hauteur de levage, et pour les charges longues, il convient d’utiliser un palonnier qui permet de diminuer la hauteur totale du système d‘élingage.
    Le choix de l’élingue dépend aussi de l’environnement de travail : une forte température du milieu d’utilisation, une ambiance chimique acide ou basique ou la présence d’hydrocarbures exclut les sangles de certaines élingues en textile synthétique ou naturel, et il faut utiliser des chaînes spéciales pour les pièces chaudes. La détermination de la position du centre de gravité de la charge est indispensable pour disposer les points d’accrochage des élingues au-dessus et jamais en dessous, et mettre le crochet à la verticale de celui-ci afin d’éviter tout renversement ou basculement (par mise en oblique) et les brins morts qui augmentent la charge sur les autres. Pour le levage de charges asymétriques, de formes irrégulières, une analyse plus approfondie du centre de gravité est nécessaire pour assurer l’horizontalité de la charge lors de levage.
    En cas d’éléments multiples composant la charge, ceux-ci doivent être fortement liés par un cerclage en feuillage métallique ou un fil d’acier ou un film en plastique selon le type de charge, pour solidariser l’ensemble et former ainsi un colis rigide et éviter toute chute partielle ou totale.
    L’examen du parcours prévu de la charge lors de la manœuvre est nécessaire pour s’assurer que le levage n’occasionne pas de danger de rencontre d’un obstacle, de passage au dessus de travailleurs ni de l’élingueur lui-même, de disposer d’une zone de dépose correcte (nature du sol, planéité, cales) et dégagée. Il faut envisager aussi les conséquences de mouvements intempestifs de la charge ou d’une mauvaise manœuvre et dégager tout l’environnement de travail et ne jamais se positionner entre la charge et un obstacle fixe pour éliminer les risques d’écrasement.

  • Les opérations d’élingage

  • Une vérification visuelle des élingues mises à disposition doit être faite, attestation de contrôle et marquage …, et il ne faut jamais utiliser une élingue non étiquetée ou dont la validité du contrôle est périmée. Il faut contrôler que les crochets sont munis d’un linguet de sécurité opérationnel, se refermant tout seul.
    Les points d’accrochage des élingues doivent être positionnés au-dessus du centre de gravité de la charge et à la verticale du crochet de l’appareil de levage, et les extrémités des élingues doivent obligatoirement reposer sur le fond de siège (partie arrondie du crochet) et non sur la pointe.
    Les élingues ne doivent pas être coudées ni croisées.
    Il faut protéger l’élingue contre les angles vifs qui peuvent l’endommager au moyen de gaines ou fourreaux de protection et ne faire jamais glisser les élingues sur les arêtes. Il faut vérifier qu‘il ne reste aucun outil, objet ou élément non fixé sur la charge à transporter.
    Avant de soulever la charge, il faut faire mettre l’élingage en tension progressive (ne jamais tenir les élingues à la main du fait du risque d’écrasement entre la charge et l’élingue ou de cisaillement des doigts par un maillon de chaîne ou une partie du crochet) pour bien vérifier la bonne estimation du centre de gravité, le bon positionnement du crochet et des élingues : si la position du centre de gravité a été mal estimée, l’élingage se met en oblique, les brins ne sont pas également tendus, les élingues peuvent glisser (notamment vers le centre) et il faut refaire l’élingage. Un début de levage très lent et sans à-coups pour soulever la charge du sol permet d’arrêter tout mouvement si la charge s’incline ou si les points de suspension se déplacent et de faire déposer la charge sans danger avant de pouvoir corriger l’élingage.
    Lors du décrochage des élingues, l’élingueur doit s’assurer que la charge est bien stabilisée, sans jamais placer les mains ou les doigts entre l’élingue et la charge, ni les pieds sous la charge. L’ouverture du feuillard éventuel doit être exécutée à l’aide d’un outil adapté pour éviter tout risque de blessure de l’élingueur et en cas de risque d’affaissement à l’ouverture du feuillard, la charge doit être positionnée dans un rack.

  • Les équipements de protection individuelle de l’élingueur

  • - Des chaussures de sécurité répondant à la norme NF EN 345 antidérapantes, avec embout renforcé (type S3)
    - Des gants de protection contre les risques mécaniques (norme NF EN 388), l’abrasion et la perforation.
    - Un casque de protection (norme NF EN 397)
    - Gilet de signalisation ou brassards luminescents
    - Protections auditives (bouchons d’oreille) en cas d’exposition à un bruit supérieur à 85 dB
    - Lunettes de protection en cas de manipulation d’agents chimiques


Novembre 2012