Les risques professionnels des journalistes

Les journalistes doivent faire face aux risques psychosociaux et physiques d’une profession soumise au stress à la fois de la rapidité et de la qualité de l’information à délivrer, aux dangers des déplacements fréquents, notamment en zones de conflits armés, ou proches de catastrophes ou d’accidents, d’attentats ou relatifs à des faits divers dramatiques...

Les risques professionnels des journalistes

Les journalistes doivent faire face aux risques psychosociaux et physiques d’une profession soumise au stress à la fois de la rapidité et de la qualité de l’information à délivrer, aux dangers des déplacements fréquents, notamment en zones de conflits armés, ou proches de catastrophes ou d’accidents, d’attentats ou relatifs à des faits divers dramatiques.
Les journalistes exercent un métier soumis à des contraintes physiques, organisationnelles et relationnelles susceptibles de générer des risques lorsque ces situations dangereuses ne font pas l’objet d’une prise de conscience et de mesures de prévention adéquates, ce qui est fréquent : l’excès de charge mentale qui génère ces conditions de travail stressantes, sont en particulier responsables de risques psychosomatiques (maladies cardio-vasculaires, troubles musculo-squelettiques, troubles gastro-intestinaux, états d’anxiété et dépressifs, addictions). Par ailleurs, pour les postes sédentaires, soumis à différentes sources de bruit (usage intensif du téléphone…), aux contraintes visuelles et ergonomiques du travail sur écran, à des astreintes de productivité, de contrôle, dans des locaux confinés, le journaliste est exposé principalement à des risques de troubles visuels, auditifs et musculo-squelettiques.

Les principaux risques du métier de journaliste

Les journalistes sont des acteurs essentiels des processus d’information des citoyens, que cette information soit politique, sociale, économique, événementielle, technique, sportive, artistique … : investigation, recueil, compilation, analyse et synthèse, puis mise en forme et mise à disposition des différents médias qui les communiquent sous diverses formes (écrite, audiovisuelle, internet), par l’intermédiaire des entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse.
L’activité peut être sédentaire et s’exercer dans des bureaux de presse, studios radio ou télévision, ou sur le terrain dans les lieux ou se produisent les événements à relater.
De nombreuses contraintes psychologiques, organisationnelles et physiques concernent la profession de journaliste, d’intensité variable selon la nature du poste, avec dans certains cas nécessité d’un fort investissement et engagement personnel (journaliste d’investigation, reporter en zones de conflits …).
L’évolution du journalisme et des médias, marquée par les transformations induites par les nouvelles technologies informatiques et de communication et les changements du contexte commercial et concurrentiel, a tendance à renforcer ces contraintes.
  • Les risques psychologiques
    Gérer à la fois fiabilité, pertinence et rapidité de l’information est un défi permanent avec des exigences accrues à la fois de productivité et de qualité parfois incompatibles.
    Par ailleurs, le journaliste peut être exposé à des pressions, manipulations, intimidations tendant à travestir ou biaiser ou cacher l’information : ces errements éthiques imposés sont sources de détresse morale et de perte d’identité professionnelle. Il peut s’y ajouter des violences verbales, éventuellement psychiques (harcèlements …), une forte pression médiatique et des atteintes à la vie privée.
    Le contact direct et fréquent avec des événements dramatiques (catastrophes naturelles, industrielles ou humanitaires, accidents, attentats …) soumet le journaliste à des manifestations d'usure professionnelle : on parle de stress vicariant pour désigner ces troubles compassionnels. Le traumatisme dit « vicariant » résulte d'une surcharge émotionnelle résultant d’une profession au contact permanent avec des personnes en détresse (cadavres, blessés, sinistrés, victimes etc.) ou le journaliste est confronté à des situations faisant éprouver des émotions intenses. Ces confrontations constantes avec la souffrance d'autrui, à l’exposition répétée à la vision et/ou aux récits d’accidents ou d’actes de violence … peuvent être à l'origine d'une souffrance psychologique plus ou moins importante et plus ou moins tardive appelée traumatisme vicariant (ou secondaire par effet de contagion du traumatisme). Les effets de la traumatisation vicariante se cumulent avec le temps et peuvent conduire à l'état de stress compassionnel.
    De plus, la violence personnellement adressée au journaliste, agressions verbales ou physiques causées par des personnes présentes sur les lieux (hooligans, manifestants, « casseurs », témoins interviewés …), constitue aussi un risque et induit un stress important lors d’agressions régulières et répétées.
    Les conséquences de l’exposition à ces agressions psychiques et physiques sont évidemment exacerbées pour les reporters de guerre et il faut en particulier considérer les effets induits qui peuvent survenir après le conflit et pas seulement ceux pendant la présence sur le terrain (Post Traumatic Stress Disorder PTSD).

  • Les risques organisationnels
    Dans un contexte journalistique de plus en plus contraint (information continue, difficultés économiques de la presse), avec des critères d’instantanéité de l’information de plus en plus exigeants, les systèmes organisationnels demandent aux journalistes une grande réactivité, productivité et compétitivité, avec comme conséquence éventuelle une surcharge mentale due aux méthodes de management et à la gestion des ressources humaines mises en œuvre :
    - une pression continue à la fois sur les délais et sur la qualité de service,
    - une flexibilité imposée avec des horaires de travail importants, débordant à domicile le soir et sur les week-ends, ou nécessitant un travail de nuit, ou très variables selon l’actualité,
    - une multiplicité des tâches concomitantes,
    - un nomadisme accru avec des déplacements longs et fréquents et un éloignement du domicile,
    - la disponibilité constante par le truchement du téléphone ou de l’ordinateur portable,
    - l’accomplissement de tâches contraires à la conscience professionnelle et/ou à l’éthique personnelle,
    - des délais continuellement serrés (imprévus, urgence permanente).
    Pour les journalistes en déplacement, les départs d’urgence, l’exécution de multiples tâches, la fatigue des heures supplémentaires dues au voyage, l’absence d’un temps de récupération suffisant pour gérer les suites professionnelles d’un long voyage et pour s’adapter au jet lag éventuel, sont générateurs de stress et en particulier d’accidents de la route.
    Pour les journalistes sédentaires, les risques organisationnels peuvent avoir aussi d’autres origines, que l’on rencontre souvent dans les situations de travail de bureau, ou la promiscuité prolongée dans un espace clos, les travers de relations hiérarchiques abusives, les favorisent : stress managérial (organisation, contrôle et rythme de travail), stress lié à tension émotionnelle de la relation hiérarchique, stress du harcèlement moral ou sexuel. Certaines méthodes de management dans le milieu des médias de communication provoquent des risques psychosociaux en augmentation, qui nuisent à la fois à la santé des journalistes et à l’efficacité de l’entreprise de presse qui peut aisément devenir pathogène avec des abus d’autorité totalement irrespectueux de la personne.
    De même, le stress de la précarité de l’emploi s’accroit avec le recours de plus en plus important aux pigistes dans une profession qui externalise désormais une grande partie de sa flexibilité.

  • Les conséquences du stress des journalistes
    L’impact sur la santé au travail se manifeste lorsqu’il y a une surcharge mentale, mais sa mesure est bien difficile à établir et, de plus, il est difficile pour un journaliste d’en prendre pleinement conscience.
    Par ailleurs, les surcharges mentales sont ressenties de manière très diverses selon les individus. Les seuils dans le niveau de contrainte psychique, au delà desquels l’astreinte qui en résulte est excessive, n’existent pas de façon absolue et mesurable et ne se manifestent que par leurs effets a posteriori : baisse de la performance, apparition de symptômes de fatigue, hausse des incidents (oublis...) ou d’accidents (notamment routiers), agressivité voire harcèlements envers son entourage professionnel ou familial, consommation de psychotropes. Il y a une grande variabilité individuelle, selon les capacités d’acquisition et d’organisation, la structure psychique, et l’apprentissage ou l’entraînement comme pour la surcharge physique.
    De nombreux éléments mettent en évidence les effets pathogènes d’une surcharge mentale chez les journalistes : le stress et l’épuisement professionnel (burn-out) sont les conséquences néfastes des surcharges mentales. En cas de surcharge mentale prolongée, l’individu conserve son équilibre psychique dans un environnement stressant avec une stratégie individuelle de défense de répression psychique, conduites addictives et somatisations.
    Le stress permanent a des effets destructeurs et pathogènes sur les individus qui y sont soumis : la confirmation chez les journalistes de la réalité croissante des atteintes à la santé psychique et de ses effets somatiques par le stress (maladies cardio-vasculaires, troubles musculo-squelettiques, troubles gastro-intestinaux, états d’anxiété et dépressifs…) et du rôle des facteurs organisationnels dans les entreprises de presse constitue une alerte majeure de santé au travail.

  • Les risques physiques des journalistes
    - Les risques liés aux déplacements professionnels
    L’alimentation pendant les fréquents déplacements, irrégulière, déséquilibrée, trop abondante et/ou alcoolisée est un facteur d’obésité et de risque cardiovasculaire pour les journalistes.
    L'alcoolisme au travail n'épargne aucune classe socioprofessionnelle, et les journalistes ont tendance à la prise d'alcool dans un contexte professionnel : boire en réunion avec les invités, les notables … est en France une habitude sociale. Une consommation excessive et régulière, peut mener à une dépendance provoquant des atteintes plus ou moins réversibles de l’état de santé. D’autres addictions, les drogues (notamment, le cannabis, la cocaïne) et les médicaments psychotropes sont venues s’ajouter aux substances entrainant des troubles du comportement et l’augmentation et la banalisation de la consommation de ces produits en font une question qui doit aussi être prise en compte. Par ailleurs, les reportages à l’extérieur sont susceptibles de se dérouler dans des conditions météorologiques éprouvantes (froid ou chaleur extrêmes, intempéries violentes) et dans un environnement hostile suite à des incendies, inondations, tremblements de terre, éruptions volcaniques, bombardements, balles perdues, agressions crapuleuses ou terroristes … (chutes de plain-pied sur un sol inégal, boueux …, chutes d’objets depuis des bâtiments dégradés, morsures ou griffures d’animaux, blessures ...).

    - Le risque routier
    De nombreux journalistes prennent la route avec des véhicules de tourisme pour se rendre sur les lieux de leur reportage, que cela soit de façon occasionnelle ou régulière avec des exigences d’efficacité et de ponctualité qui peuvent interférer avec les contraintes de la circulation routière (embouteillages, Code de la Route..) et générer des situations stressantes et des accidents de la route.
    Le risque routier a souvent des origines multifactorielles, liées à l’environnement (état des itinéraires, travaux, météo,..), au véhicule (adaptation, équipement, entretien, ...), à l’organisation (horaire, préparation, utilisation du téléphone au volant, ...) et bien sur au conducteur (respect des règles, fatigue, vigilance ...). Le comportement au volant est lié à des adaptations, des arbitrages que doit réaliser le conducteur entre les éléments émanant de la situation de travail et la situation de conduite. Le conducteur doit prendre en compte les contraintes de travail : tous les aléas et dysfonctionnements de la situation de conduite rencontrés, l'oblige à réguler, adapter son comportement en mettant en balance les injonctions des deux situations.

    - Les risques des voyages internationaux aériens
    Les voyages internationaux aériens présentent différents risques pour la santé selon l’état sanitaire et le pays. Pour tous les longs voyages professionnels, la fatigue est liée aux levers précoces et aux arrivées et retours tardifs qui aboutissent à des amplitudes horaires de travail très importantes, empiétant souvent sur les nuits et les week-ends de repos. De plus, cette fatigue est accentuée par le décalage horaire (jet lag) qui désynchronise les heures de repas et de sommeil, engendrant des troubles de l’humeur, de la vigilance, de la digestion.
    Pour les voyages dans les pays tropicaux ou équatoriaux, il faut compter de plus avec les changements d’hygrométrie, de température et avec la pollution atmosphérique dans les grandes métropoles des pays en voie de développement, prédisposant aux infections ORL, aux allergies respiratoires.
    Le journaliste à l’international est aussi exposé à diverses maladies infectieuses, dont les plus fréquentes dans les conditions d’un voyage de reportage sont le paludisme transmis par les piqures de moustiques, la diarrhée par ingestion d’aliments ou de boissons contaminés et les maladies sexuellement transmissibles (hépatites B, C, syphilis, SIDA…) qui ont une forte prévalence dans beaucoup de pays africains, du Sud-est asiatique et d’Amérique Latine. Enfin, il ya des risques spécifiques au mode de transport aérien (otites, éventuellement phlébite, décompensation d'une pathologie préexistante).
    - Les risques chimiques et radiologiques
    Les lieux de reportage sont possiblement contaminés par des agents chimiques ou radiologiques, lors des reportages concernant les catastrophes industrielles (type Seveso, Fukushima...), ou les zones de guerre chimique ou nucléaire.

    - Les risques liés au travail sédentaire
    Dans un poste sédentaire, soumis aux du travail sur écran, le journaliste est exposé principalement à des risques de troubles visuels, auditifs, musculo-squelettiques et biologiques.

    - Le risque visuel
    Le travail fréquent sur écran sollicite fortement la vision : le mécanisme d'accommodation permanent, assuré par le cristallin et les muscles des yeux, qui permet le réglage de la mise au point de l’image sur la rétine, la convergence qui permet la fusion des deux images rétiniennes grâce à la contraction de muscles situés autour de l'œil, provoquent une fatigue oculaire après des efforts visuels prolongés. De plus, de nombreux et très fréquents défauts de l'œil (myopie, hypermétropie, astigmatisme, troubles de la convergence, presbytie) rendent l'effort oculaire plus important pour un résultat médiocre lorsqu’ils sont mal ou pas corrigés. Par ailleurs, les mauvaises conditions d’éclairage (reflets sur les écrans, éblouissement direct…), un poste peu ergonomique, aggravent la fatigue visuelle. Cette fatigue des muscles oculaires se traduit par une vue de plus en plus trouble au fur et à mesure de l'effort, des picotements et rougeurs oculaires, des larmoiements, des clignements intempestifs des paupières, des maux de tête…

    - Le risque auditif
    Le journaliste peut très souvent travailler au téléphone avec ou sans casque, avec ou sans fil dans un bureau isolé ou dans un espace collectif, avec ou sans séparation : les casques, pour permettre de communiquer correctement avec l'interlocuteur, sont réglés souvent à des niveaux trop élevés, car le travail en bureau expose aussi à d’autres sources de bruit qui créent une forte ambiance sonore : les conversations téléphoniques des autres collègues, le bruit des ordinateurs, des imprimantes, des sonneries, et de la climatisation. Si les postes de travail ne sont pas séparés par des cloisons acoustiques, le manque d’isolation phonique génère un bruit ambiant trop souvent à des niveaux incompatibles à la fois avec un travail intellectuel et un bon confort d'écoute au téléphone avec les risques suivants : fatigue auditive, perception d’acouphènes, risque de lésions auditives et de déficit auditif temporaire ou définitif d'installation insidieuse, lié à une exposition chronique au bruit.

    - Les risques de troubles musculo-squelettiques
    La position statique assise prolongée, l’utilisation fréquente du clavier, de la souris et de l’écran de l’ordinateur, le travail au téléphone, génèrent des contraintes posturales au niveau du dos, du cou et du poignet.
    Il en résulte souvent des cervicalgies et des lombalgies, des affections du poignet (syndrome du canal carpien), par compression par appui sur le talon de la main. Cette compression est responsable de fourmillements dans le territoire du nerf médian sous le ligament carpien palmaire situé à la face antérieure du poignet.
    La position assise immobile de longues heures favorise aussi l'apparition de pathologies comme les troubles circulatoires, le diabète, ou l'obésité, aggravée par le grignotage et/ou une restauration rapide, sans vraie pause-déjeuner.

    - Les risques biologiques
    La longue cohabitation de plusieurs personnes dans des bureaux, une aération et climatisation des locaux défectueuses entraine une pollution de l’air : les maladies respiratoires dues aux virus et bactéries aéroportés (grippe,…) se propagent aisément au bureau, notamment lors des éternuements et de la toux. Mais des contacts cutanés fréquents avec des claviers, mobiliers, poignées de porte, combinés de téléphone, génèrent aussi des maladies digestives dues aux virus et bactéries manuportés (gastro-entérite…).
    D’autre part, la consommation de tabac dans les lieux de travail fermés comme les bureaux présente un risque respiratoire non seulement pour le fumeur mais aussi pour la santé des autres employés par tabagisme passif. Même dans les bureaux individuels, des problèmes entre fumeurs et non-fumeurs se posent puisque le personnel d’une entreprise est rarement isolé dans un bureau, les allers et venues exposent finalement les non-fumeurs à la fumée de tabac.

Septembre 2016