L’évacuation des personnes du lieu de travail

Plusieurs raisons peuvent justifier le besoin de procéder à l’évacuation du personnel d’un bâtiment ou d’une usine : incendie le plus souvent mais aussi, fuite ou déversement d’une matière dangereuse ou émanation d’un gaz toxique, panne générale d’électricité, menace d’explosion, tempête, tremblement de terre.


Dans tous ces cas, le point critique est l'organisation de cette évacuation, la situation d’urgence pouvant provoquer une désorganisation, d'une part du fait de la panique qui peut gagner le personnel, et d'autre part en raison de la grande quantité de personnel à gérer dans des conditions dangereuses.

L’évacuation peut se révéler très complexe, notamment en ce qui concerne l’influence du comportement humain, mais aussi du fait du type de personnes ou de la configuration du lieu de travail à évacuer :
- présence d’handicapés physiques ou mentaux, malades, personnes âgées ou jeunes enfants (hôpitaux, maisons de retraite, crèches, écoles…).
- bâtiments de grande hauteur, infrastructures souterraines (tunnels, galeries minières …),
- locaux avec risques chimiques, biologiques, radiologiques.
Une évacuation est toujours lourde à organiser et, si elle est désordonnée, peut engendrer de nombreuses victimes supplémentaires.
La prévention des risques liés à l’évacuation passe par :
- La construction d'un plan d'évacuation avec des exercices d’application,
- La formation du personnel d'intervention afin de pouvoir gérer une situation d'urgence et notamment la maîtrise du stress et de l'imprévu,
- L’information du personnel pour connaître les consignes à respecter,
- Les alarmes d'évacuation optiques et sirènes sonores,
- La détermination des voies d'évacuation avec signalisation de secours et éclairage de sécurité,
- Les moyens et matériels d’évacuation (manches, chaises et civières d’évacuation …).

La réglementation

Le Code du travail prévoit des prescriptions générales pour tout établissement qui peuvent être renforcées par des textes réglementaires spécifiques si le bâtiment est classé Etablissement Recevant du Public (ERP) ou Immeuble de Grande Hauteur (IGH).
- La première chose à définir est l'effectif théorique des personnes susceptibles d'être présentes, c'est-à-dire l'effectif du personnel, majoré le cas échéant par l'effectif du public susceptible d'être présent à l'intérieur de l'établissement. Cette estimation est à la charge du chef d'entreprise.
- Dégagements
Les établissements doivent prévoir des dégagements (portes, couloirs, circulations, escaliers, rampes) répartis de manière à permettre une évacuation rapide de tous les occupants dans des conditions de sécurité maximale. Ces dégagements doivent être toujours libres. Aucun objet, marchandise ou matériel ne doit faire obstacle à la circulation des personnes ou réduire la largeur des issues de secours.
Ces dégagements doivent être disposés de manière à éviter les "cul-de-sac".
Les portes utilisées pour l'évacuation de plus de 50 personnes doivent pouvoir s'ouvrir par une manipulation simple (pas de portes coulissantes, à tambour ou s'ouvrant vers le haut), dans le sens de la sortie. Tous les escaliers doivent être munis de rampes ou de main courante et doivent se prolonger jusqu'au niveau d'évacuation vers l'extérieur
- Le registre incendie
Un registre incendie doit être tenu dans l'entreprise. Il doit être mis à jour régulièrement, et tenu à la disposition de l'inspection du travail. Il comporte toutes les informations relatives à l'organisation à mettre en oeuvre en cas d'incendie (équipiers de première intervention, appel des secours, plan d'évacuation, …) ainsi que les dates des exercices et essais périodiques (évacuation et extincteurs) qui doivent être réalisés tous les 6 mois.
- Alarme sonore et consignes de sécurité incendie
Les consignes de sécurité concernant l'incendie font partie intégrante des mesures de prévention. Elles sont obligatoires pour les établissements comptant plus de 50 personnes ou ceux où sont manipulées des matières inflammables. Le chef d‘entreprise doit mettre en place des consignes d‘évacuation qui :
- précisent le matériel de secours et d‘extinction,
- désignent le personnel chargé de prévenir les secours,
- précisent les moyens d‘alerte, et d‘évacuation (désignation du guide d‘évacuation, désignation de la personne qui donne l‘alerte aux pompiers en cas d‘incendie et aux secours extérieurs),
- prévoient que toute personne apercevant un début d‘incendie doit donner l‘alerte et doit mettre en oeuvre les moyens de premiers secours sans attendre l‘arrivée du personnel spécifiquement désigné.
Les consignes doivent également prévoir des essais et visites périodiques du matériel et des exercices au cours desquels le personnel apprend à reconnaître les caractéristiques du signal sonore d'alarme générale, à se servir des moyens de premier secours et à exécuter les diverses manoeuvres nécessaires.
Dans les mêmes établissements, une alarme sonore doit être installée de façon à être audible en tout point du bâtiment pendant le temps nécessaire à l‘évacuation.

Les plans d ‘évacuation

Géométrie des lieux, localisation des issues et des escaliers, disposition du mobilier, nombre de personnes à évacuer, présence éventuelle d’individus à mobilité réduite… : la connaissance préalable de ces données est nécessaire pour concevoir un plan d’évacuation.

  • Le plan d’évacuation et les consignes de sécurité
Tous les occupants doivent pouvoir se repérer pour évacuer le plus rapidement possible : le plan d’évacuation doit indiquer clairement les cheminements de sortie les plus proches ainsi que le lieu de rassemblement, les moyens d’alarme et éventuellement les moyens d’extinction. La conception des itinéraires d’évacuation (au nombre de 2 au moins) doit prendre en compte la largeur des issues en fonction du taux d’occupation et du type d’occupants (handicapés, malades alités etc.), leur signalisation avec des pictogrammes clairs et bien visibles, un éclairage de secours, et leur résistance à l’incendie.
La consigne de sécurité est le document qui dicte la conduite générale à tenir pour tous les occupants d’un bâtiment. Elle est affichée dans tous les locaux occupés par du personnel ou du public, à proximité d’un téléphone, près des ascenseurs, des escaliers et des sorties et le plan d’évacuation l’accompagne, sous la forme d’une pancarte inaltérable.
Les points importants que doivent comprendre la consigne sont :
- le numéro d’alerte des sapeurs-pompiers,
- le comportement à respecter,
- les noms des personnes chargées de la responsabilité des missions d’intervention et d’évacuation,
- les instructions particulières pour le personnel du bâtiment.
- les lieux de rassemblement
Dans chaque établissement, un responsable général de l'évacuation doit être désigné. Le chef d'établissement ou, le plus souvent, le chargé de sécurité ou l'un de ses adjoints remplit cette mission.
  • Le lieu de rassemblement

Le lieu de rassemblement est l’endroit où sont dirigés les occupants lorsqu’il y a une évacuation. C’est à cet endroit que sont données les consignes sur les événements à venir : réintégration des locaux, arrêt du travail, etc.

Il est obligatoire de quitter immédiatement un bâtiment au signal d’évacuation et de se diriger vers le lieu de rassemblement prévu pour contrôler l’effectif et signaler toute personne manquante, et le personnel ne doit quitter celui-ci que sur ordre de la direction ou du service de sécurité.

Le choix du point de rassemblement doit être fait de façon à ne pas gêner l'approche des secours extérieurs.

Les exercices d ‘évacuation

Dans le cadre de la formation du personnel à la lutte contre le feu et pour vérifier les dispositifs d'alarme, des exercices d'évacuation doivent être effectués régulièrement à l'initiative du chef d’entreprise. Les exercices d’évacuation permettent au personnel de se familiariser avec les dispositifs d’alarme, les issues de secours et les points de ralliement, permet de vérifier la clarté et l’efficacité des consignes de sécurité et d’en révéler les lacunes (par exemple, déceler les endroits où des encombrements peuvent se produire en cas d’évacuation et ceux où il faut prévoir des itinéraires alternatifs).
L’exercice d’évacuation doit se dérouler après avoir vérifié que :
> les équipements techniques fonctionnent,
> le plan d’évacuation est établi,
> le personnel assumant des responsabilités est formé,
> les consignes sont rédigées, distribuées, expliquées et affichées.
L’exercice d’évacuation permet de :
> tester et d’exercer l’organisation en place,
> tester et contrôler les installations techniques,
> déceler des adaptations à apporter,
> exercer les occupants,
Il est conseillé de communiquer au personnel la date et l’heure du tout premier exercice, par la suite, il est possible d’organiser des exercices plus imprévus. L’employeur doit veiller, dans tous les cas, à avertir au préalable les personnes qui présentent un certain risque (cardiaques, femmes enceintes, etc.) et, éventuellement, les riverains immédiats, pour qu’ils n’appellent pas inopinément les services de secours dans le cas d’exercices de grande envergure.

La formation des équipes d’évacuation

Dans un bâtiment pouvant accueillir un personnel en grand nombre, l’évacuation des personnes est du ressort d’une structure organisée par l’établissement. L équipe d’intervention, doit être apte à réagir lors de chaque alarme et à prendre les mesures pour gérer l’évacuation de tous les occupants et contrôler que tous les locaux soient vides.
La formation de cette équipe vise à lui faire connaître les règles de mise en sécurité des personnes lors d’une évacuation :
- L’alarme : le personnel doit reconnaître un signal d’alarme comme un ordre d'évacuation d'urgence.
- Les dégagements, issues de secours et chemins de repli alternatifs,
- Le balisage et les points de rassemblement,
- L’organisation humaine : guide et serre-file, de manière à ce que les personnes soit évacuées correctement,
- Le ratissage : vérifier qui est présent ou absent au point de rassemblement et si les instructions sont suivies,
- L’aide aux personnes handicapées,
- Le repérage des zones de mise en sécurité,
- L’accueil des pompiers, pour qu’ils soient informés correctement (les moyens d’intervention disponibles, les produits dangereux, les victimes, les disparus, etc.) et guidés vers le lieu du sinistre.

Les moyens et matériels d‘évacuation

  • Les alarmes d’évacuation
Elles consistent à transmettre l’information de la découverte ou de la détection d’un incendie ou d’une autre situation anormale dangereuse au personnel et aux équipiers d’évacuation et d’intervention, et à imposer aux occupants d’évacuer le bâtiment ou l’usine.
Les alarmes sont déclenchées manuellement par un bouton poussoir rouge avec bris de glace dans des boîtiers, ou automatiquement via des détecteurs incendie.
Les systèmes d’alarme déclenchent un signal sonore par une ou des sirènes, qui doivent être réparties de manière à ce que le signal d'alarme puisse être entendu de partout. Ce signal peut être complété dans certains cas par un signal visuel pour tenir compte des conditions de bruit locales (bruit de machines-outils, etc.), en particulier celles nécessitant le port de protections individuelles contre le bruit (casques, bouchons d’oreilles).
  • L’éclairage de sécurité
Il doit permettre d’atteindre un endroit sûr et les sorties du bâtiment en cas de défaillance de l’éclairage artificiel normal et d’obscurcissement des lieux par des fumées.
Il doit assurer la visibilité des obstacles et permettre d’exécuter les manœuvres nécessaires en cas d’incendie.
L’éclairage de sécurité comporte :
- soit une source centralisée unique pour un établissement constituée d’une batterie d'accumulateurs ou de groupes électrogènes alimentant des luminaires de sécurité. ;
- soit des blocs autonomes d’Eclairage de Sécurité (B.A.E.S et B.A.E.H), appareils utilisant une ou plusieurs lampes (à incandescence ou à fluorescence) et contenant une batterie d’accumulateurs.
  • La signalisation de secours
Les chemins d’évacuation, les issues de secours et les escaliers extérieurs d’évacuation doivent être soigneusement balisées par des panneaux d’avertissement, des panneaux de sauvetage ou de secours et des panneaux concernant le matériel ou l’équipement de lutte contre l’incendie.
Les sorties de secours sont des issues aménagées spécialement afin de permettre l’évacuation en cas d’urgence (ces issues ne sont pas empruntées pendant l’exploitation normale de l’entreprise) : la signalisation doit clairement indiquer comment s’y diriger et marquer sans ambiguïté leur emplacement.
  • La manche d'évacuation
Parmi les différents dispositifs de sécurité, il y a la manche d'évacuation qui peut servir à quitter les étages d’urgence : c’est un appareil d’évacuation constitué d’une gaine souple en textile ressemblant à une chaussette, qui, par frottement, ralentit fortement la chute (avec un bon débit d’évacuation de l’ordre de 2 personnes par minute).
  • Les chaises et civières d’évacuation
Les chaises d’évacuation ou chaises portoir, avec deux roues arrière, sont utilisées pour évacuer des personnes handicapées ou âgées par les escaliers. La chaise d’évacuation se range pliée à proximité des escaliers et doit être prête à l’emploi en quelques secondes et est utilisable par une seule personne accompagnante.
Quant à la civière d’évacuation, elle permet d’évacuer une personne à mobilité réduite avec deux intervenants en le faisant glisser au sol, y compris dans les escaliers.



Mise à jour : avril 2010