Auto-diagnostiquez votre management QSE
PARCE QUE LA SÉCURITÉ DE VOS COLLABORATEURS EST VOTRE
MISSION, ASSUREZ-VOUS DE LEUR DONNER LE MEILLEUR.
Auto-diagnostiquez votre management QSE
Linksoft votre partenaire QSE, vous propose son questionnaire.
Grâce à un questionnaire de 5 minutes englobant les principales
missions d'un responsable Qualité, Sécurité, Environnement,
identifiez les principaux axes d'améliorations pour une prévention
des risques plus efficace.
Solution de Santé et Sécurité au Travail
LinkSoft Groupe Visiativ

26 rue Benoît Bennier - Les bureaux Verts
69 260 Charbonnières-les-Bains
04 72 85 61 78
info@linksoft.fr
www.linksoft.fr
Linksoft SAS au capital de 270 000€, RCS Lyon 537 614 380

Cette offre vous intéresse ?

Pour obtenir gratuitement des infos sur cette offre, il suffit de renseigner votre adresse email :

 
Envoyer à ami
Le portail des preventeurs : www.officiel-prevention.com Droit de retrait Le droit de retrait est, en droit du travail, le droit de se retirer d'une situation de travail plaçant le travailleur dans un danger immédiat ou une situation grave pour sa santé. A la différence des procédures d'alerte, attachées à certaines institutions représentatives, le droit de retrait est un droit individuel. Il est fondé sur l'article L. 4131-1 du Code du travail pour les salariés et sur l'article 5-6 du décret n° 82-453 du 28 mai 1982 pour les fonctionnaires. Le salarié confronté à un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé, à le droit d'arrêter son travail et, si nécessaire, de quitter les lieux pour se mettre en sécurité (au regard de l'article L231-8-1 du code de travail). L'employeur ou les représentants du personnel doivent en être informés. Ce droit de retrait est un droit protégé. La décision du salarié ne doit cependant pas créer pour d'autres personnes une nouvelle situation de danger grave et imminent. Le salarié doit avertir immédiatement l'employeur ou son représentant du danger de la situation. Il n'a pas besoin de l'accord de l'employeur pour user de son droit de retrait. Le salarié peut aussi s'adresser aux représentants du personnel ou au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Le droit de retrait n'entraîne ni sanction, ni retenue sur salaire. L'employeur ne peut demander au salarié de reprendre le travail si le danger grave et imminent persiste. Si le salarié est victime d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle alors que l'employeur était informé de la situation, celui-ci est considéré comme ayant commis une faute inexcusable et la rente due au salarié est majorée.