Le risque radiologique


Le risque radiologique concerne l'ensemble des risques liés aux rayonnements ionisants. Les radiations ionisantes émises par les produits radioactifs sont particulièrement dangereuses : elles ionisent la matière, c'est à dire qu'elles arrachent, en passant dans la matière, en particulier vivante, des électrons aux atomes. L’exposition aux radiations
conduit au risque de d’irradiation et de contamination…


Le risque radiologique concerne l'ensemble des risques liés aux rayonnements ionisants.
Les radiations ionisantes émises par les produits radioactifs sont particulièrement dangereuses :
elles ionisent la matière, c'est à dire qu'elles arrachent, en passant dans la matière, en particulier vivante, des électrons aux atomes.

L’exposition aux radiations conduit au risque de d’irradiation et de contamination :

  • L'irradiation est l'exposition directe de l'organisme à des rayonnements ionisants.
  • La contamination est la présence significative de substances radioactives dans le corps.

    Les rayonnements peuvent être émis par une source extérieure à l'organisme : c'est donc une exposition externe pouvant entraîner une irradiation à distance ou au contact de la peau.
    Ce risque existe lors de travaux avec des radiations relativement pénétrantes (β, X, γ, neutrons).
    L'irradiation externe peut être partielle ou concerner le corps entier. Les risques encourus sont liés à la partie du corps exposé à la radiation : gonades (effets génétiques), moelle osseuse (leucémie), tronc (cancer du sein et du poumon), etc...

    Les rayonnements peuvent être émis par des radioéléments intérieurs à l'organisme, il s'agit alors d'exposition interne. L'absorption peut se faire par voie respiratoire, cutanée, plus rarement par voie digestive. L'effet de cette irradiation est lié à la répartition de la substance dans l'organisme. En cas d'irradiation interne, les radiations très peu pénétrantes, telles que la radiation α, sont également dangereuses, et ceci d'autant plus que leur efficacité biologique est en général élevée.

Lorsqu'un individu est irradié, l'ionisation des atomes peut provoquer l'altération ou
la mort des cellules touchées. Selon la gravité de l'irradiation, l'action sur l'organisme
est très différente :

    • aux hautes doses, l'effet est immédiat, assez souvent létal à court ou moyen terme, et intervient de manière certaine pour chaque individu irradié à une dose supérieure au seuil d'apparition de l'effet.
    • aux faibles doses, l'effet (induction de cancers, stérilité, malformation génétiques pour l’embryon) est retardé et n'apparaît pas obligatoirement pour chaque individu irradié. C'est un phénomène aléatoire pour lequel il n'existe pas de seuil d'apparition.

Contrairement aux rayons lumineux ou aux ondes radios, les radiations ionisantes sont pénétrantes et, de plus, elles ne sont pas détectées par les organes sensoriels de l'homme, ce qui les distingue aussi de la lumière, de la chaleur, ou du bruit et les rend d’autant plus dangereuses par leur caractère insidieux.
Pour ces raisons, un ensemble de techniques a été développé pour se protéger des radiations ionisantes : la radioprotection.

Il existe plusieurs origines distinctes de radiations ionisantes, qui, par ailleurs, tendent à être présentes dans l’environnement de manière croissante :

  • la radioactivité de certaines substances naturelles ou des activités non nucléaires conduisant à renforcer la radioactivité naturelle : radon dans l’habitat confiné, extraction de matières premières, cendres d’incinération de déchets…
  • les activités nucléaires concernant la Défense Nationale : armement nucléaire, propulsion
    nucléaire (sous-marins, porte-avions)… ainsi que retombées atmosphériques de radionucléides disséminés par les essais de bombes atomiques (ou les accidents majeurs dans les centrales).
  • la production d’énergie nucléaire : le cycle du combustible nucléaire depuis les usines d’enrichissement, les centrales de production et les usines de retraitement ou les sites d’enfouissement des déchets nucléaires produit nécessairement des radiations ionisantes.
  • Le transport des matières radioactives, avec des disséminations éventuelles lors d’accidents.
  • les générateurs de radiations. Ce sont des appareils construits en vue de la
    production de radiations pour usage médical et industriel.
     

    - Les plus importants sont les générateurs de rayons X utilisés dans le radiodiagnostic médical. Ces appareils n'émettent des radiations que s'ils sont branchés au réseau électrique; ainsi ils ne posent pas de problèmes en cas de transport ou d’incendie.
    - les détecteurs de fumée des systèmes d'alarme incendie automatique (rayonnement α);
    - la radiographie de soudures et la radiothérapie médicale (rayonnement γ)
    Exemple : traitement à l'iode 131
    - Appareils de mesure de l'humidité des sols (rayonnement neutronique)
    - Jauges de niveau et d’épaisseur
    - Matériel de stérilisation
    - Sites contaminés par des activités anciennes de fabrication de cadrans lumineux, paratonnerres contenant du radium.

Ainsi, au delà même de l’usage le plus patent, militaire et énergétique, la radioactivité permet aujourd’hui des applications variées dans des domaines tels que la médecine, la recherche, l’industrie ou l’usage plus discret et diffus, si il est mal maîtrisé, peut constituer une menace majeure pour les travailleurs concernés et pour leur environnement.
Deux organismes suivent particulièrement les rayonnements ionisants : l'OPRI (office de protection
contre les rayonnements ionisants) et l'ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des déchets
radioactifs).
Il existe une réglementation importante du risque radiologique qui concerne la fabrication, la transformation, le conditionnement, l'utilisation, le dépôt, le stockage des substances radioactives.
La réglementation applicable est fonction du niveau de radio-toxicité des produits concernés.
Aux grandes installations nucléaires de base (centrales électronucléaires…), une réglementation spécifique s'applique.
L'activité des installations plus petites est réglementée par le code de l'environnement et notamment ses dispositions relatives aux installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE).

La radioprotection

Protection contre l'irradiation externe
Il existe principalement trois manières de se protéger contre une irradiation externe.

- En limitant le temps d'irradiation du travailleur, en augmentant la rapidité des opérations.
- En s'éloignant de la source. : l'utilisation de pincettes ou de dispositifs télécommandés permet efficacement d'augmenter la distance à la source.
- En absorbant le rayonnement par l'interposition d'un écran (plomb, béton) entre la source et l'utilisateur

Protection contre la contamination
La protection personnelle doit être adaptée au niveau du risque de contamination
Les méthodes utilisées, dans l'ordre croissant du niveau de risque, sont les suivantes:

- port d'un habit spécial (blouse de laboratoire, habits d'intervention),
- port de gants,
- port d'un petit masque filtrant,
- port d'un appareil respiratoire à air comprimé,
- port d'un appareil respiratoire et d'un équipement étanche.

La décontamination systématique des objets ou des personnes est une garantie contre la dispersion de la substance radioactive et les risques de contamination.

Contrôles individuels de radioprotection
La surveillance d’une exposition externe se fait habituellement par dosimètres individuels ou de détecteurs thermo-luminescents.

Transport de substances radioactives
Les substances radioactives font partie des matières dangereuses et de ce fait sont soumises à plusieurs réglementations et prescriptions particulières.
Cette réglementation impose notamment: l'emploi d'emballages empêchant toute fuite, l'usage de récipients incassables pour les sources radioactives liquides, gazeuses ou pulvérulentes, le marquage obligatoire des sources, etc…
Les instruments et systèmes utilisés dans le processus de contrôle des transports de substances radioactives sont :
> Les appareils fixes ou semi-fixes : ils effectuent en continu la détection de radiations sur les points de passage spécifiques.
> Les balises de contrôle de véhicules qui se déclenchent lors d'un transport de matière radioactive.

Traitement des déchets radioactifs
Les déchets radioactifs sont déposés séparément par isotope dans des récipients marqués du signe de danger des radiations ionisantes.
Aucun déchet liquide ne doit être évacué dans le système des eaux usées.

Stockage de substances radioactives

  • Les récipients contenant des substances radioactives doivent porter le signe de
    danger des radiations ionisantes.
  • Les sources doivent être soigneusement fermées. La zone d’entreposage (armoire, coffre
    etc.) est identifiée par le signe de danger.
  • Lorsque c’est nécessaire, la nature et l’épaisseur du blindage sont adaptées au type de rayonnement et à l’activité des sources et assurent un débit de radiation admissible aussi faible que possible.

Moyens de détection et d’identification de sources radioactives en vue de la prévention et lutte contre les risques radiologiques
Des appareils portables de détection de radioactivité sont généralement employés pour localiser et identifier les sources radioactives.
> Radiamètres portables
> Dosimètres électroniques individuels munis d’alarmes
> Systèmes d’imagerie permettant de localiser la contamination
> Portiques de contrôle de contamination fixes ou transportables

Mesures réglementaires administratives de prévention

- déclaration à l'inspection du travail, au service prévention de la CRAM,
- information et formation des travailleurs sur les risques encourus,
- signalisation appropriée et balisage des zones et des risques d'exposition,
- surveillance de l’exposition radiologique par le médecin du travail
- présence d'un expert formé chargé de veiller au respect des mesures de protection, de participer à la formation des travailleurs, d'effectuer les analyses.
- surveillance médicale du personnel soumis aux rayonnements ionisants très réglementée (décret du 2/10/1986 et arrêté du 28/08/1991)