La prévention des allergies professionnelles.

Les atteintes allergiques rencontrées le plus souvent au niveau professionnel sont les allergies cutanées (eczéma et urticaire) et les allergies respiratoires (rhinite et asthme). Parmi les corps de métier les plus exposés aux allergies professionnelles, le personnel de santé (latex, produits d’asepsie…), les ouvriers du bâtiment (ciment, peinture, …), les employés de la coiffure (produits de coloration), les boulangers (farine), les ouvriers de l'industrie des matières plastiques, caoutchouc et des résines, les travailleurs en contact avec les animaux…
Dans le monde du travail, les allergies professionnelles
ne régressent pas même si elles sont aujourd'hui mieux détectées…

Dans le monde du travail, les allergies professionnelles ne régressent pas même si elles sont aujourd'hui mieux détectées. Leur prévention passe par l’identification des allergènes responsables, la substitution des molécules en cause, la mise en œuvre de mesures de protection individuelles et collectives, l’aménagement des postes de travail, le plus précocement possible, car après un certain temps, le trouble peut devenir permanent, même si l'on n’est plus exposé au risque. Une prévention et un dépistage fondamentaux car une allergie professionnelle peut conduire à une inaptitude et un reclassement.

Les atteintes allergiques rencontrées le plus souvent au niveau professionnel sont les allergies cutanées (eczéma et urticaire) et les allergies respiratoires (rhinite et asthme).

Parmi les corps de métier les plus exposés aux allergies professionnelles, le personnel de santé (latex, produits d’asepsie…), les ouvriers du bâtiment (ciment, peinture, …), les employés de la coiffure (produits de coloration), les boulangers (farine), les ouvriers de l'industrie des matières plastiques, caoutchouc et des résines, les travailleurs en contact avec les animaux…

Les situations à risques

L’allergie est une maladie professionnelle ou le salarié est sensibilisé de façon spécifique à un agent chimique particulier : les molécules allergènes responsables sont très nombreuses et se sont considérablement accrues et modifiées depuis plusieurs années. Les allergies occupent une place importante au sein de la pathologie professionnelle, de plus beaucoup ne sont pas déclarées par les salariés, par crainte de perdre leur emploi et d'être obligés de se reconvertir.

Les allergies professionnelles générales sont très rares mais peuvent être d'une extrême gravité : Œdème de Quincke, Choc anaphylactique, Urticaire généralisé.

  • Les allergies respiratoires

L'air atmosphérique nécessaire à la respiration peut se trouver modifié dans de nombreuses circonstances professionnelles. Les maladies allergies induites sont l’asthme, épisodes successifs ou le rejet de l'air est difficile et pénible, la rhinite ou conjonctivite avec éternuements, écoulement nasal, larmoiements, œdème des paupières, picotements laryngés… Ces signes cliniques, immédiats ou retardés, peuvent survenir après sensibilisation en dehors de tout contact cutané, du fait des vapeurs, des poussières véhiculant les allergènes.
Certains métiers sont très exposés, avec travail en contact :

    • des farines (boulangers),
    • des vernis, solvants (peintres),
    • des persulfates (coiffeuses),
    • de la poussière de bois (menuiserie).
    • des poils ou plumes d'animaux (éleveurs, vétérinaires),
    • des sels de nickel, de chrome, le formol etc.…
  • Les allergies cutanées

Le personnel se sensibilise progressivement aux produits de façon spécifique du fait de la multiplicité des contacts cutanés non protégés. Le diagnostic est d'abord clinique, sur les caractères de la dermatose, couplé à une enquête professionnelle qui oriente vers les produits suspects.
Dans un second temps, les tests cutanés adaptés au cas de chaque patient peuvent permettre d'identifier l'allergène ou les substances responsables de la dermatose.
L'eczéma de contact est la maladie la plus fréquente. Il siège initialement sur les zones de contact avec les produits responsables (doigts) mais peut ensuite s'étendre au delà. La forme classique est érythémato-vésiculeuse suivie d'une phase de suintement, de formation de croûtes et de desquamation, siégeant sur les faces dorsales et latérales des doigts, la face dorsale des mains, la face interne des poignets.
La dermite urticarienne de contact se traduit par des lésions papulo-oedémateuses avec prurit, brûlures, parfois douleurs.
A noter que certains symptômes cutanés sont plus de type irritatifs qu’allergiques et le traitement dépend donc d’un diagnostic correct Toutefois, une dermite d’irritation, due à des contacts excessifs avec des produits irritants (caustiques, détergents, solvants…) peut créer une prédisposition à un eczéma d'où l'importance de la prévention.

De nombreux métiers induisent des eczémas et dermites professionnels :

  • Coiffeurs (produits de teinture. persulfates des décolorations)
  • femmes de ménage (désinfectants de surface…),
  • peintres (peintures, vernis, adhésifs…)
  • usineurs de métaux (huile de coupe…)
  • maçons (ciments…)
  • éleveurs et cultivateurs (pesticides, …)
  • personnels soignants (latex des gants, antiseptiques et désinfectants)
  • salariés de l'industrie plastique et du caoutchouc …

Les produits incriminés sont le plus souvent :

  • chimiques : les bichromates, les caoutchoucs (dont le latex et les accélérateurs de vulcanisation), les colorants, formol, crésol, benzoates, époxy...
  • animaux : chenilles processionnaires, méduses ;
  • végétaux et extraits végétaux : orties, térébenthine, baume du Pérou…;
  • métaux : cobalt, nickel…

Déclaration en maladie professionnelle

  • n°43 (aldéhyde formique)
  • n°49 (amines aliphatiques, alicycliques)
  • n°65 (allergies cutanées)
  • n°66 (allergies respiratoires)
  • n°84 (solvants organiques)
  • n°95 (allergie au latex

La prévention des allergies professionnelles

Les traitements médicaux (par antihistaminique et par corticoïdes) aident temporairement mais ne sont pas une stratégie à moyen terme : des mesures techniques de prévention doivent s'imposer.
Identifier les produits suspects par l'enquête professionnelle et des tests cutanés, supprimer la cause allergique (substitution par un autre produit ou captage et ventilation adaptés) ou s’en protéger (par des équipements de protections individuels (EPI) comme les masques respiratoires ou les gants) permet la guérison rapide si le dépistage a été précoce.
Plus l'allergie sera détectée précocement, plus les mesures préventives seront efficaces.

  • La prévention primaire

Dans la prévention primaire, il s'agit de prévenir une maladie telle que l'asthme ou l’eczéma professionnel.

- Connaissance précise des propriétés allergisantes des produits et substitution si possible des produits irritants par d'autres mieux tolérés.

- Formation / information du personnel en collaboration étroite avec le médecin du travail : mode d'emploi des produits (respect des dilutions, danger des associations), règles d'hygiène du lavage des mains,

- utilisation de moyens de protection individuels adaptés (gants, manchettes, masques, blouses...),

- utilisation de produits les moins nocifs pour l'épiderme, utilisation de savons appropriés, de crèmes d'entretien réhydratantes et adoucissantes.

  • La prévention secondaire

La prévention secondaire vise la détection au plus tôt et l'intervention, c’est à dire l'identification des travailleurs souffrant d'allergies professionnelles et le retirement de l'exposition afin de prévenir une maladie chronique.
- Dépistage et traitement des irritations cutanées qui prédisposent à l'allergie.
- Dépistage précoce des allergies cutanées pour limiter les formes graves et respiratoires.
- En cas d'allergie au latex, prescription individuelle de gants synthétiques (vinyle, nitrile, néoprène, polyuréthane,…)..

  • La prévention tertiaire

La prévention tertiaire tend à minimiser les effets d'une allergie établie.
- Réduire les expositions futures : aménagement du poste de travail, travailler en circuit fermé en assurant l’automatisation de certaines tâches par exemple et en réduisant le contact des travailleurs avec les produits allergisants (ventilation et aération des lieux de travail).
- Changement de poste pour une éviction totale de l'allergène