La prévention des risques professionnels des agents d’assainissement et de traitement des eaux usées.


Les eaux usées, de nature domestiques ou industrielles, sont acheminées par des réseaux d’assainissement dans des stations d’épuration ou elles subissent un traitement pour les rendre conformes à la réglementation sur les rejets dans le milieu extérieur. Les agents chargés d’entretenir les canalisations d'assainissement et les ouvrages qui s'y rapportent (regards de branchements, siphons...) sous la voirie (égouts)
et dans les stations de relèvement et de pompage,
ainsi que ceux assurant le bon déroulement des opérations et le bon fonctionnement des installations (vannes, pompes et filtres) permettant l'épuration de l'eau et le traitement des boues dans les stations, sont soumis à des dangers et intoxications potentiels.


Les eaux usées, de nature domestiques ou industrielles, sont acheminées par des réseaux d’assainissement dans des stations d’épuration ou elles subissent un traitement pour les rendre conformes à la réglementation sur les rejets dans le milieu extérieur.
Les agents chargés :
- d’entretenir les canalisations d'assainissement et les ouvrages qui s'y rapportent (regards de branchements, siphons...) sous la voirie (égouts) et dans les stations de relèvement et de pompage,
- ainsi que ceux assurant le bon déroulement des opérations et le bon fonctionnement des installations (vannes, pompes et filtres) permettant l'épuration de l'eau et le traitement des boues dans les stations,
sont soumis à des dangers et intoxications potentiels inhérents à ces métiers :
- risques chimiques, biologiques, liés à l’ensemble de procédés et produits mis en oeuvre.
- risques liés à la nature des expositions physiques et au matériel utilisé (par exemple moyens mécaniques et hydrauliques haute pression).
La démarche de prévention à adopter au niveau individuel doit être compatible avec les risques professionnels élevés encourus : règles d'hygiène pour le personnel et  équipement de protection individuelle à fournir,  surveillance médicale à laquelle il convient qu’il soit soumis.
Enfin, la prévention de ces risques professionnels passe en amont par la bonne conception d’équipements et d’installations d’assainissement.

Les situations à risques

Les polluants des eaux sont chimiques et biologiques.
Les risques toxicologiques liés aux produits chimiques charriés par les eaux usées sont très nombreux (hydrocarbures, détergents et agents blanchissants, insecticides, fongicides, herbicides, …), mais les pollutions biologiques provenant par exemple des installations sanitaires sont tout aussi diverses (bactéries, champignons et  protozoaires, algues et  virus).
Le risque chimique est augmenté par l’utilisation des produits employés pour le traitement des eaux (chlore, chaux, chlorure ferrique, eau de javel, floculants divers, acide sulfurique, méthanol, …) et des boues).Ces produits dangereux peuvent pénétrer dans l’organisme par inhalation, ingestion ou par contact cutané.
Les agents biologiques créent  des risques infectieux, toxiques et allergiques.
A cela, s’ajoute le risque électrique, puisque la présence d’eau, l’humidité ambiante, de  produits corrosifs,  peuvent entraîner un vieillissement rapide des installations sous tension.
De plus, la qualité de l’air est amoindrie à la fois par la contamination éventuelle des eaux usées par des produits toxiques, par l’utilisation des produits chimiques  et par la présence de gaz toxiques générés par les traitements appliqués aux eaux usées (sulfure d’hydrogène, ammoniac, dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, …).
Le fonctionnement dans des locaux souvent confinés avec des systèmes d’aération est générateur d’une nuisance sonore qui peut être importante.
Le risque d’explosion résulte de la présence de méthane, gaz provenant de la fermentation des matières organiques, à des concentrations dangereuses dans un espace confiné.
La  manœuvre de pièces lourdes, notamment manutention de trappes et soulèvement des plaques d'égout , et le fonctionnement des installations comme les bandes transporteuses,  conduisent à un risque de contusions, écrasements, lombalgies …
Les agents travaillent en extérieur subissent  les changements de température et de climat (gel, neige, chaleur, pluie…).
Enfin, le travail s’effectue prés de canaux ou de bassins ou de fosses de stockage des boues et sur des passerelles, avec risques de chutes, de glissades, et de noyades.

Les principaux risques

  • Risque infectieux

Le contact  avec des eaux usées contenant des micro-organismes, lors des travaux d'exploitation ou d'entretien dans les égouts ou dans les stations d'épuration,  expose les travailleurs à une grande variété d’agents biologiques pathogènes avec possibilité de contamination cutanéo-muqueuse, pulmonaire ou digestive à l’origine de sinusites, de diarrhées, de nausées,  de surinfection de plaies, d’infestations parasitaires, d’hépatites ou encore de la leptospirose en cas d'installation accessible aux rats.
La leptospirose est  transmise par les urines et les déjections du rat, souillant ainsi les eaux et provoquant une maladie dont les symptômes associent fièvre, frissons, douleurs musculaires et céphalées, puis atteintes viscérale, hépatique si non soignée.

  • Risque chimique

Les postes de relèvement sont des espaces clos qui accumulent les gaz de fermentation, tel que le méthane et  le sulfure d’hydrogène qui est très toxique à faible dose et représente le risque majeur.
Les valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP) sont les suivantes :
- VLEP sur 8 heures : 5 ppm
- VLEP « court terme » : 10 ppm
Le sulfure d’hydrogène est rapidement mortel à une concentration de 800 à 1 000 ppm.
Des atteintes cutanées (brûlures caustiques) sont provoquées par contact accidentel avec des produits de traitement concentrés. Des atteintes respiratoires sont causées par l’inhalation de vapeurs, suite par exemple à un déversement accidentel.

  • Risque mécanique

Coupures et contusions
Chutes de plain-pied sur sol glissant, humide, mal éclairé, chutes de hauteur
Lombalgies d'effort
Projection de cours étrangers dans les yeux
Blessure par injection de fluide sous haute pression (nettoyage)
Noyade

  • Risque électrique

Electrisation ou électrocution fatale

La prévention des risques

  • Conception des lieux et des équipements de travail

La meilleure des préventions est la prise en compte des conditions de travail des agents dès la conception des installations et  l’adoption, le plus en amont possible, d’une démarche générale de prévention des risques en matière d'hygiène, de sécurité et de conditions de travail.
Parmi les recommandations de protection collective :
- Délimitation et signalisation de sécurité des zones à risques avec restriction d'accès
- Mise en place de consignes de sécurité
- Ventilation efficace et éclairage suffisant des locaux,
- Captage des polluants à la source
- Sol propre, antidérapant, non encombré, avec balisage des allées de circulation piétons/véhicules
- Evacuation adaptée des gaz, fumées, vapeurs explosives
- Réseau électrique aux normes, mise à la terre des appareils électriques, prises de courant protégées
- Stockage des produits dangereux dans les locaux indépendants, aérés et bien ventilés, loin d'une source de chaleur
- Aides techniques de manutention adaptées : ponts roulants, chariots automoteurs, supports de fûts à roulettes
- Equipements de sécurité sur les matériels : protection des organes mobiles (carters, grilles), dispositifs d’arrêt d’urgence appropriés aux configurations de travail (câbles, boutons, etc.)

  • Equipements de protection individuelle

Les équipements de protection individuelle doivent naturellement être adaptés à l'activité effectuée.
- Vêtements de travail
- Chaussures de sécurité antidérapantes
- Bouchons d'oreilles ou casque antibruit
- Lunettes de protection enveloppantes
- Masque à cartouche (contre les produits chimiques et infectieux présents, en cas d'émanation de gaz toxiques).
- Gants adaptés aux risques chimiques et biologiques ou mécaniques rencontrés 
- Crème protectrice pour les mains
- Gilets de sauvetage dans les lieux à risques de noyade
- Contrôleur d’atmosphère, détecteur de gaz pour les opérations en milieu confiné
- Moyens de communications pour le travailleur isolé
- Lave œil et une douche de sécurité en cas de risques chimiques

  • Surveillance médicale et vaccinations

Les salariés exposés aux agents biologiques, aux agents chimiques dangereux, au bruit sont soumis à une surveillance médicale renforcée.
Les vaccinations suivantes sont recommandées, après avis du Médecin de Prévention :
- Hépatite A et B.
- Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite.
- Leptospirose.
- Typhoïde.

  • Formation

- Formation à la signalisation de sécurité et sur les symboles de risque chimique
- Formation à la conduite à tenir en cas de déversement accidentel
- Formation aux bonnes pratiques d'hygiène
- Formation de sauveteur secouriste du travail (SST)
- Formation à la mise en œuvre et  à l'utilisation des équipements de protection individuelle (EPI)
- Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)

#########

-INRS  ED 968 (2006) Conception des usines d’épuration des eaux résiduaires
-INRS ED 820 Guide pratique de ventilation N° 19. Dépollution des eaux résiduaires
-INRS ED 894 La détection des gaz et des vapeurs dans l’atmosphère des lieux de travail

Décembre 2009