La HAS et le dépistage médical des travailleurs exposés à l’amiante


La HAS et le dépistage médical des travailleurs exposés à l’amiante
 


La Haute Autorité de santé (HAS) prône une amélioration du repérage et du dépistage médical, ainsi qu’un recours au scanner thoracique pour le suivi post-professionnel des travailleurs exposés à l’amiante. Les recommandations ont été formulées par une commission composée de plusieurs sociétés de médecins ainsi
que l’Association nationale des victimes de l’amiante. L’amiante, responsable de 10 à 20 % des cancers du poumon, pourrait être à l’origine de 100 000 décès d’ici 2025, selon l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset). Dans son rapport à la HAS, la commission indique qu’un repérage pourrait être fait par le médecin du travail lors d’une visite médicale en fin de carrière. Chaque nouveau salarié se verrait proposer une information sur les risques liés à l’amiante et les dispositifs de prise en charge existant, ainsi qu’un questionnaire destiné à repérer les personnes concernées par le suivi post-professionnel. Un dépistage des pathologies liées à l’amiante pourrait concerner les personnes ayant été exposées de manière active à l’amiante pendant plus d’un an et se ferait « dans un cadre éclairé et accompagné ».


 


    Demandez votre n°5 offert du magazine RSE !
Profitez de notre offre Spéciale Rentrée: recevez gratuitement et sans engagement le n° 5 du magazine RSE, spécialisé sur les questions liées à la Santé, la Sécurité au Travail et à l'Environnement