Les Protecteurs Individuels contre le Bruit (PICB)

Les méfaits du bruit dans notre vie quotidienne, privée ou professionnelle, sont trop souvent méconnus et négligés. Pourtant les conséquences peuvent être graves et irréversibles.
Les nuisances sonores ont pour conséquences les effets auditifs comme la surdité avec déficit auditif temporaire ou définitif,
les acouphènes, mais également non auditifs comme les impacts sur la fatigue et le stress. Lorsqu’il est impossible de réduire le bruit à un poste de travail par des protections collectives, des protections auditives individuelles doivent être portées. Le choix d’un protecteur individuel contre le bruit s’effectue en fonction de l’environnement de travail afin d’apporter une protection acoustique satisfaisante et une gêne minimale au porteur.

Source :
Officiel Prevention

Les Protecteurs Individuels contre le Bruit (PICB) sont des Equipements de Protection Individuels (EPI) qui, grâce à leurs caractéristiques d’affaiblissement acoustique, atténuent les effets nuisibles du bruit sur l’ouïe et ils préviennent donc toute détérioration de l’audition.

Il existe plusieurs types de bruits, qui se différencient en fonction de leur fréquence (exprimée en Hertz (Hz)) et de l’intensité du son (exprimée en décibel (dB)).

Les EPI pour l’appareil auditif sont principalement les casques antibruit, constitués de coquilles qui s’appliquent sur l’oreille.et les bouchons d’oreilles qui sont introduits dans le conduit auditif.
- Le casque antibruit est plus efficace que les bouchons mais plus encombrant et plus chaud (transpiration importante l’été).
- Les bouchons sont en général moins efficaces que le casque mais moins encombrants et moins gênants que celui-ci. Ils peuvent être de différents types (usage unique, réutilisable, avec ou sans arceau ou corde) suivant l’utilisation.

Il convient de signaler que les casques d'écoute ne sont pas des protecteurs auditifs et qu'ils n'ont pas leur place là où l'exposition au bruit exige le port de protecteurs auditifs.

Les casques antibruit

Ces protecteurs sont composés de coquilles munies d’oreillettes souples qui s’appliquent sur la périphérie de l’oreille. Les coquilles sont reliées par un arceau passant au dessus de la tête (serre-tête) ou derrière la nuque (serre-nuque).
Les serre-tête et les serre-nuque sont recommandés pour un port intermittent.
Il existe des casques anti bruit actifs qui ont un mode de fonctionnement en relation avec le niveau sonore extérieur :

- amplification des sons faibles et atténuation des sons forts :
Cet effet peut être produit par un élément mécanique (orifice très fin ou fente étroite), soit par un élément électronique restituant le son ambiant avec une intensité d’autant plus faible que le niveau du son augmente.
- réduction active du bruit :
L’atténuation passive est renforcée par un dispositif comprenant un microphone, un montage électronique et un écouteur qui émet un son identique au son à supprimer mais en opposition de phase.

Les coquilles adaptables sur casque sont des protecteurs sont composés de coquilles individuelles adaptables fixables à un casque de protection ou à un serre-tête monté lui même sur un casque de protection.

Les bouchons d’oreilles

Ces protecteurs sont directement introduits dans le conduit auditif ou dans la cavité de l’oreille pour en obturer l’entrée. Ils peuvent être réunis par un arceau ou par un cordon d’interconnexion.

Leur utilisation est recommandée pour un port en continu. Cependant des problèmes d’allergie sont à considérer. De plus, les précautions d’hygiène requises sont importantes.

Il existe trois types de bouchons d’oreilles :

- Les bouchons d’oreilles pré-modelés : ceux-ci peuvent être introduits directement dans le conduit auditif sans façonnage préalable. Pour une bonne utilisation, la taille doit être adaptée au porteur.
- Les bouchons d’oreilles façonnés par l’utilisateur : ceux-ci sont à usage unique (en polyuréthane hypoallergénique à expansion lente) ou à réutilisation limitée (en thermo-plastique-élastomère). Ils sont fabriqués avec des matériaux susceptibles d’être malaxés et façonnés par l’utilisateur avant d’être introduits dans le conduit auditif.
Ils doivent être stockés dans de bonnes conditions hygiéniques.
- Les bouchons d’oreilles réalisés sur mesure : ces bouchons sont moulés à la forme de l’oreille de l’utilisateur et généralement conçus de façon à laisser passer certaines fréquences et en atténuer d’autres. Ainsi ils permettent également de communiquer facilement dans un environnement bruyant. Les bouchons « moulés sur mesure » sont en général fabriqué en matière plastique moulée, en acrylique ou en silicone. Ils sont obtenus à partir d’une empreinte du conduit auditif de l’utilisateur et sont, de ce fait, personnalisés. Ils sont réutilisables et peuvent contenir un filtre acoustique central, ils deviennent alors une protection active.

Utilisation et entretien

Les atténuations théoriques, données sur la notice d’emploi, ne se vérifient généralement pas en pratique parce que les PICB sont mal placés ou parce qu’ils bougent avec le travail.

L'efficacité des protecteurs auditifs est ainsi grandement réduite lorsque ceux-ci ne sont pas correctement ajustés ou s'ils ne sont pas portés correctement en permanence durant les périodes d'exposition au bruit.

Le choix d’un PICB ne se fera donc pas seulement sur son efficacité, mais également sur son confort d’utilisation, afin qu’il soit le mieux accepté et porté le plus longtemps.
Avant de faire un choix définitif, il est nécessaire de vérifier l’adéquation entre les contraintes de la tâche et/ou du poste de travail et la réelle efficacité des protecteurs.
Des tâches effectuées dans une ambiance sonore très élevée peuvent nécessiter l’utilisation d’une double protection constituée par la combinaison de bouchons d’oreille portés sous un serre-tête. En effet, les PICB présentent des indices d’affaiblissement acoustique généralement limités à 32 dB(A). Or, à certain poste de travail, le niveau de bruit ambiant peut atteindre 120 dB(A), voire dépasser ce niveau. Dans ce cas, le niveau perçu sous la protection est donc très souvent supérieur au niveau admissible. Bien entendu, l’affaiblissement acoustique apporté par une telle protection n’est pas équivalent à la somme des affaiblissements dus à chaque protecteur porté séparément. Il est possible d’augmenter de 5 à 10 dB(A) l’affaiblissement acoustique lors du port d’une double protection, ce qui n’est pas négligeable et peut être requis pour certains travaux.

En ce qui concerne l’hygiène des protections :

  • les bouchons d’oreille doivent être mis en place avec des mains propres,
  • les bouchons réutilisables et les oreillettes doivent être nettoyés et désinfectés régulièrement selon les indications du fabricant,
  • les bouchons d’oreilles et les serre-têtes sont personnels et ne doivent être utilisés que par une seule personne,
  • en cas d’utilisation des serre-têtes par plusieurs personnes, ils doivent être nettoyés entre chaque changement d’utilisateur ou alors les coussinets doivent être munis de protège-oreillettes à usage unique.
  • Il est recommandé de stocker les équipements de protection dans des conditions de salubrité quand ils ne sont pas utilisés. La fourniture d’un étui pour les bouchons et d’un sachet pour les serre-têtes contribuera à encourager l’utilisateur à prendre soin du protecteur et donc à augmenter sa durée de vie.

Normes

C’est la norme NF EN 352 qui régit les Protecteurs individuels contre le bruit (PICB).

EN352-1 : Partie 1 : serre-tête
Cette norme spécifie les exigences en matière de construction, de conception, de performances et de marquage des serre-tête ainsi que les informations destinées à l’utilisateur. Elle prescrit en particulier que l’affaiblissement acoustique des serre-tête est mesuré conformément à l’EN 24869-1. Cette norme ne traite pas des coquilles destinées à être montées sur un casque de sécurité industriel ou intégrées à un casque.

EN352-2 : Partie 2 : bouchons d’oreilles
Cette norme établit les exigences en matière de construction, de conception, de performances et de marquage des bouchons d’oreille ainsi que les informations destinées à l’utilisateur.
Elle impose en particulier une déclaration de l’affaiblissement acoustique des bouchons d’oreille, mesuré conformément à l’EN 24869-1.

EN352-3 : Partie 3 : serre-tête monté sur casque de protection pour l’industrie
Cette norme spécifie les exigences en matière de construction, de conception, de performances et de marquage des serre-tête montés sur casque de sécurité industriel conforme à l’EN 397 ainsi que les informations destinées à l’utilisateur. Elle prescrit en particulier une déclaration de l’affaiblissement acoustique des serre-tête montés sur casque, mesuré conformément à l’EN 24869-1. Du fait qu’un même modèle de serre-tête peut être monté sur différents modèles ou tailles de casques de sécurité industriel, la présente partie de la norme définit une série d’exigences physiques et acoustiques en fonction du modèle ou de la taille de casque sur lequel le serre-tête est monté. Les exigences s’appliquent en totalité à la combinaison de base, c’est-à-dire aux serre-tête montés sur l’un des modèles ou l’une des tailles de casque spécifiées, et en partie seulement à la combinaison supplémentaire, c’est-à-dire aux serre-tête du même modèle mais montés sur des casques de modèle ou de taille autre que ceux qui sont spécifiés. Il est exigé de mettre à disposition les informations sur la gamme de casques testés avec les serre-tête, et dont les combinaisons satisfont à la présente norme.

EN352-4 : Partie 4 : serre-tête à atténuation dépendante du niveau
Cette norme européenne est applicable aux serre-tête à atténuation dépendante du niveau. Elle spécifie les exigences en matière de construction, de conception, de performances,
de méthodes d’essai et de marquage ainsi que les informations destinées à l’utilisateur pour ce qui concerne l’incorporation du dispositif d’atténuation dépendante du niveau.

Réglementation

On distingue différentes caractéristiques des ondes sonores :

1/ Leur fréquence (c’est à dire le nombre de vibration par seconde que l’on exprime en Hertz – Hz = 1 vibration par seconde). Les sons aigus ont une fréquence haute, les sons graves ont une fréquence basse.

2/ L’intensité du son exprimée en décibel (dB)
Conformément au décret n° 88-405 du 21 avril 1988 pour un niveau compris entre 85 dB(A) (niveau quotidien d’exposition) et 135 dB (niveau de pression acoustique de crête), la mise à disposition des protections est obligatoire. Un mesurage pour identifier les salariés concernés, un affichage et une formation doivent être mis en place. Dans le cas de dépassements des seuils de 90 dB(A) en exposition quotidienne et de 135 dB en exposition crête, l’employeur est tenu au contrôle du port des équipements.
Le seuil de douleur est compris entre120 et140 Décibels selon les sensibilités, cette limite supérieure correspondant au décollage d’un avion à réaction.
Dans les différentes classifications des protecteurs auditifs, il est fourni la valeur du SNR (Signal to Noise Ratio), qui correspond à l’indice global d’affaiblissement du bruit (exprimé en décibels, dépassant rarement les 32 dB(A).). Cette valeur est souvent accompagnée de trois valeurs d’atténuation (H, M et L) qui permettent de mieux tenir compte du spectre de bruit réel :

-H : hautes fréquences (aigus)
-M : moyennes fréquences
-L : basses fréquences (graves)

Cette notion est importante pour le choix des équipements de protection individuelle. En effet, il peut parfois être dangereux d’avoir une surprotection de l’appareil auditif, car le travailleur ne peut alors pas entendre des sons ne devant être négligés, comme un appel d’un collègue, une alarme d’incendie, un klaxon, du trafic automobile lors de travaux en bord de route…
Les PICB doivent donc présenter des caractéristiques d’affaiblissement acoustique telles que le niveau perçu sous le protecteur soit inférieur aux limites admises réglementairement, mais un affaiblissement trop faible entrainerait une isolation avec son environnement sonore, et donc des difficultés à communiquer ou à percevoir des signaux avertisseurs de dangers.

La réglementation en la matière a récemment évolué avec la transcription de la directive européenne 2003/10/CE par le décret n° 2006-892 du 19 juillet 2006.
Depuis 2006, les seuils d’exposition ont été abaissés et reliés à une durée d’exposition. Le premier seuil d’exposition à partir duquel une action est requise est de 80dB(A) pour 8 heures.


Durées d’exposition quotidienne au bruit nécessitant une action :
Niveau sonore en dB(A)
Durée d’exposition maximale
80
83
86
89
92
95
98
8h
4h
2h
1h
30 min
15 min
7.5 min
Etre exposé 8 heures à 80 dB(A) est exactement aussi dangereux que d’être exposé 1 heure à 89 dB(A) !