Les équipements individuels de flottaison (EIF)

Un équipement individuel de flottaison (EIF) est un dispositif qui permet à une personne de flotter plus facilement en cas de chute dans l'eau. Selon le type, l’EIF permet de conserver la tête hors de l'eau, et assure le retournement pour une personne inanimée. Les EIF complètent avant tout les protections collectives, et doivent respecter les trois impératifs…


Le milieu aquatique engendre des situations spécifiques de danger liés aux conditions de travail, et les conditions météorologiques augmentent la probabilité d’accident pouvant mener à la noyade, principal risque des différentes activités professionnelles en rapport avec les milieux aquatiques, étangs, lacs, fleuves, littoral côtier, ports et haute mer.

Un équipement individuel de flottaison (EIF) est un dispositif qui permet à une personne de flotter plus facilement en cas de chute dans l'eau.
Selon le type, l’EIF permet de conserver la tête hors de l'eau, et assure le retournement pour une personne inanimée.

Les EIF complètent avant tout les protections collectives, et doivent respecter les trois impératifs suivants :
- Protéger : assurer le retournement d’une personne même inconsciente et la maintenir dans une position stable avec les voies respiratoires hors de l’eau.
- Repérer : faciliter le repérage d’une personne dans l’eau, de jour comme de nuit, par lampes de détresse, sifflet, bandes réfléchissantes…
- Secourir : posséder un système de préhension suffisamment résistant pour permettre le repêchage manuel ou le hissage mécanique d’une personne à l’eau.

Situations à risques
- Entretien de berges de cours d’eau et canaux
- Intervention sur les bassins de station d’épuration et les lagunes
- Entretien sur les piscines
- Travail sur embarcation (transport fluvial ou maritime, sports nautiques, plaisance)
- Pèche en mer ou en eau douce.
- Activités portuaires

Les différents types d’équipements individuels de flottaison

On distingue deux types d'EIF :
- les aides à la flottabilité : ils nécessitent que l’utilisateur nage ou effectue d’autres mouvements pour se positionner avec la tête hors de l’eau. Ils aident seulement le porteur conscient à se sauver lui-même.
- les gilets de sauvetage : ils garantissent une position de flottaison sur le dos (tête hors de l’eau) de l’utilisateur.

Chacun de ces deux équipements peut être complété par un harnais de sécurité et une longe de sécurité ou ‘corde de vie’.

Norme EN 393 Aide à la flottabilité 50 Newton
Utilisation en eaux calmes, protégées où les secours sont à proximité. Garantit la flottabilité seulement d’une personne consciente.
Norme EN 395 Gilets de sauvetage 100 Newton
Utilisation en eaux calmes, protégées et eaux intérieures, avec personne portant des vêtements légers. Ne garantit pas le retournement sur le dos d'une personne inconsciente portant des vêtements lourds.
Norme EN 396 Gilets de sauvetage 150 Newton
Utilisation dans toutes les eaux, même agitées. Garantit le retournement sur le dos d'une personne inconsciente sauf dans de rares cas, par exemple à cause de vêtements de travail
lourds et encombrants.
Norme EN 399 Gilets de sauvetage 275 Newton
Utilisation en haute mer et conditions extrêmes. Garantit le retournement sur le
dos d'une personne inconsciente même portant des vêtements de travail très lourds.

Les gilets de sauvetage sont de deux types :

- A flottabilité permanente (en mousse).
- Ou gonflables.

Les gilets gonflables sont plus légers et moins gênant.

On distingue :

- Le gonflage manuel:
Le déclenchement du gonflage peut se fait manuellement grâce au système de percussion manuelle, on tire alors une poignée qui dépasse sur un coté du gilet.
- Le gonflage automatique avec pastille:
Si le porteur du gilet passe par-dessus bord, la pastille se dissout au contact de l'eau, ce qui déclenche la cartouche de gaz et provoque le gonflement du gilet.
- Le gonflage automatique avec système hydrostatique:
Ce système automatique fonctionne sous l'effet de la pression de l'eau sur la membrane; lorsque le porteur du gilet s'enfonce dans l'eau, la pression augmente, la membrane laisse passer l'eau et le gilet se gonfle. L’avantage réside dans le fait que lorsqu'il est rangé dans un endroit humide ou sous l'effet de projection de l'eau il ne risque pas de se gonfler par inadvertance.

Le gilet doit être adapté en taille (adulte / enfant).

Les gilets type marine sont de couleur orange, rouge ou jaune, munies de systèmes rétro-réfléchissant, d'un sifflet et d'une lampe dont la batterie est activée par l'eau de mer

Le Vêtement de travail à Flottabilité Intégrée (VFI)

Dans certaines situations (pêche, remorquage, etc.), l'amélioration de la sécurité des personnes au travail passe par une protection personnelle permanente.

Les vêtements de travail à flottabilité intégrée (VFI), assurée par de la mousse répartie dans l’ensemble du vêtement ou une vessie gonflable pliée dans l’enveloppe reliée à un dispositif de gonflage, sont disponibles avec différents types :

  • combinaison ou veste flottante
  • boléro
  • gilet gonflant intégré

Un décret paru en France au journal officiel le 22 août 2007 règlemente par l'article 9 le port de VFI, comme équipement de protection individuelle contre le risque de noyade suite à une chute par-dessus bord :

  • Lors des opérations de pêche ;
  • En cas de travail de nuit, en l'absence de visibilité ou en cas de circonstances météorologiques défavorables ;
  • Lors de trajets fréquents en annexes ou autres embarcations légères.

Les équipements individuels de flottaison. INRS, Référence : ED 119 (Année 2004)