Equipements de Protection Individuelle du corps.


Le port d’un vêtement de protection peut s’imposer dans diverses circonstances, notamment dans les environnements poussiéreux, durant la pulvérisation de pesticides liquides ou la manutention de produits chimiques dangereux, ou la manipulation d’outils coupants. Le risque à maîtriser déterminera le type de protection approprié.


Les vêtements de travail sont destinés avant tout à protéger l’individu contre les salissures occasionnées par son travail. Les vêtements de travail peuvent permettre également de caractériser une profession et cultiver une image de marque (uniformes…).
Lorsque le travail présente un caractère particulièrement insalubre ou salissant, les vêtements de travail sont fournis gratuitement par l’employeur (art. R. 233-1 du code du travail) qui prend également en charge l’entretien du vêtement afin d’en assurer l’état hygiénique (art. R. 233-42 du code du travail).

Les vêtements de protection constituent une catégorie spéciale de vêtements de travail qui a pour but de protéger contre les accidents ou les intempéries. Ces équipements doivent répondre à des normes très précises. Ils constituent des équipements de protection individuelle (EPI). Ces vêtements protecteurs assurent la sécurité du travailleur pour qu’il puisse travailler avec un risque minimal de lésion corporelle ou de maladie. Il convient de fournir des vêtements protecteurs en vue de sauvegarder la sécurité au travail, la santé au travail ou la propreté au travail. Le rôle des vêtements de protection (blouse, bleu de travail, tablier de protection, combinaison…) est de prévenir les agressions mécaniques et chimiques (éraflures, brûlures, plaies). Ils protègent la peau de tout contact avec des produits nocifs. Mais ils peuvent avoir aussi ont un double rôle, celui de sécuriser les personnes qui les portent dune part, et d’autre part de constituer une barrière la plus infranchissable possible, entre le corps et l'environnement de travail : protéger les malades soignés, les aliments préparés des contaminations biologiques dont sont vecteurs les vêtements civils par exemple.

Le port d’un vêtement de protection peut s’imposer dans diverses circonstances, notamment dans les environnements poussiéreux, durant la pulvérisation de pesticides liquides ou la manutention de produits chimiques dangereux, ou la manipulation d’outils coupants. Le risque à maîtriser déterminera le type de protection approprié.

Les vêtements techniques de protection sont ainsi adaptés à de nombreux risques professionnels diversifiés : vestes, pantalons, tabliers, combinaisons, blouses, gilets et parkas contre les produits chimiques, le feu, la chaleur, le froid, l’humidité et les insectes, pour la haute-visibilité et les travaux forestiers.

On distingue :

- Les combinaisons recouvrant l’entièreté du corps
- Les tabliers de protection
- Les vêtements de signalisation
- Les blouses de protection
- Les vêtements isolants
- Les vêtements de flottaison

On sélectionne un vêtement de protection en fonction de sa capacité à protéger contre le risque rencontré mais également en fonction de son confort, son esthétisme, sa fonctionnalité (modes d’ajustement, poches, fermetures...).

Tous ces vêtements sont régis par des normes européennes spécifiques.
Les exigences générales des vêtements de protection sont fixées par la norme EN 340.
D’autres normes sont élaborées par type de risque :
- Risque de happement
- Résistance à la chaleur et à la flamme
- Protection contre les produits chimiques
- Résistance à la coupure par scie à chaîne
- Protection lors de l’utilisation de couteaux à main
- Signalisation à haute visibilité.
- Flottaison

Pictogramme : Protection obligatoire du corps

Les principaux risques

- risque mécanique (coupure, écrasement, chocs, déchirures, perforation…)
- risque thermique (froid, chaleur, humidité, vent, flamme, projections de métaux en fusion...)
- risque biologique (contaminations par les virus, les bactéries)
- risque chimique (poussières, liquides, gaz...)
- risque lié à la mauvaise visibilité (chantiers, routes...)
- risque électrique et électrostatique
- risque de chute de hauteur
- risque de noyade

Les principales situations à risques
  • Les travaux à l’extérieur et exposés à la pluie ou au froid (chantiers, routes, navires...)
  • Les travaux exposés à des agents chimiques et biologiques
  • Pour les activités BTP telles que les travaux d’entretien, de démolition, de rénovation, de transformation
  • Les travaux de manutention de charges chaudes ainsi que pour le travail dans une atmosphère chaude (chaleur d’origine technologique).
  • Les travaux forestiers
  • Les travaux de soudage et activités similaires ou connexes
  • Les travaux dans des chambres frigorifiques
  • Les travaux dans les égouts, puits, citernes ou autres endroits humides.
  • Travaux à proximité de plan d’eau…
Les différents types d’EPI pour le corps suivant l’activité exercée

EPI CONTRE LA CHALEUR ET LA FLAMME :
- vêtements ininflammables (EN 533).
Les vêtements de protection contre le contact avec une flamme ne doivent pas fondre sous l’action de la flamme ni contribuer à la propagation de celle-ci (plusieurs niveaux).
Voir notre dossier spécifique
- vêtements de protection utilisés pendant le soudage et les activités similaires (NF EN 470-1)
Ces vêtements sont conçus pour protéger contre les petites projections de métal en fusion, le contact de courte durée avec une flamme, et le rayonnement ultraviolet.
Voir notre dossier spécifique
- vêtements de protection pour travailleurs de l’industrie exposés à la chaleur (NF EN 531)
- vêtements de protection pour sapeurs-pompiers (NF EN 469)
- vêtement de pénétration des flammes

EPI CONTRE LE FROID ET LES INTEMPERIES :
- vêtements contre le froid (températures < -5 °C) (EN 342)
X : (sous-vêtement de type A ou B) isolation thermique
Y : (1 à 3) perméabilité à l’air
Z : (1 à 3) caractéristiques respiratoires
Ils sont conçus pour être portés lors de travaux en plein air ou dans les chambres froides à des températures inférieures à -5°C.
- vêtements contre les intempéries (températures > -5 °C) (EN 343)
X : (1 à 3) degré d’étanchéité à l’eau
Y : (1 à 3) caractéristiques respiratoires
Ils sont conçus pour protéger contre les intempéries, le vent et le froid à des températures supérieures à -5°C.

EPI CONTRE LES RISQUES CHIMIQUES :
Le taux de perméabilité correspond à la vitesse à laquelle l'agent chimique traverse le matériau. Plus le taux de perméabilité est élevé, plus l'agent chimique traverse rapidement le matériau. Le taux de perméabilité diffère du taux de pénétration. Il y a pénétration lorsque l'agent chimique s'infiltre par les coutures, les perforations et autres imperfections du vêtement.
Le temps de protection correspond au temps qu'un agent chimique met pour traverser complètement le matériau.
La dégradation est la mesure de la détérioration physique du matériau en raison du contact avec un agent chimique. Le matériau peut durcir, raidir, devenir cassant, se ramollir, gonfler ou être dissous par l'agent chimique.
- Articles d’habillement offrant une protection contre les produits chimiques liquides à
certaines parties du corps (tabliers, pantalons) (NF EN 467, EN 1513)
- vêtements contre les produits chimiques liquides avec liaisons étanches aux pulvérisations
(NF EN 465)
- vêtements contre les produits chimiques liquides avec liaisons étanches aux liquides
(NF EN 466)
- vêtements contre les produits chimiques liquides et gazeux, y compris les aérosols liquides
ou solides (EN 943-1)
- vêtements pour les travaux de sablage (EN ISO 14877)
Plusieurs types de vêtements de protection chimique existent en fonction de l’état physique du produit (gaz, liquide, solide) :
Type 1 Etanchéité au gaz
Type 2 Etanchéité limitée aux gaz
Type 3 Etanchéité aux projections de liquides
Type 4 Etanchéité aux aérosols, aux pulvérisations
Type 5 Etanchéité aux particules solides transportées par l’air.
Type 6 Etanchéité limitée aux éclaboussures de liquides

EPI CONTRE LES RISQUES MECANIQUES :
- vêtements de protection contre le risque de happement par des pièces de machines en
mouvement (NF EN 510)
- vêtement de protection pour les utilisateurs de scies à chaîne tenues à la main (NF EN 381-5,
EN 381-9 et EN 381-10)

- tabliers de protection et protège-bras lors de l’utilisation de couteaux à main (NF EN 412)
- vêtements résistant à la perforation et/ou à la coupure

EPI CONTRE LES CHUTES DE HAUTEUR
Les EPI contre les chutes de hauteur sont l’objet des normes européennes NF EN 353 à
355, 360 à 365 et 795.

Ils se composent d’un dispositif de préhension du corps, dénommé harnais d’antichute, et d’un
système de liaison. Ils ne peuvent être utilisés que s’il existe, au voisinage des plans de travail en hauteur, des points d’ancrages accessibles et sûrs.
Voir notre dossier spécifique

EPI DE FLOTTAISON (EIF)
- gilet de sauvetage (NF EN 393, 395, 396, 399)
- combinaison de survie (combinaison sèche isolante contre le froid et possédant une flottabilité
suffisante pour soutenir l’utilisateur dans l’eau, dans une attitude correcte)
Voir notre dossier spécifique

EPI HAUTE VISIBILITE
La norme EN 471 correspond aux vêtements de signalisation à haute visibilité.
Voir notre dossier spécifique

EPI ANTI-ELECTROSTATIQUE
La norme EN 1149 est la norme concernant les propriétés électrostatiques. L'étincelle générée par une décharge électrostatique survenant sur la plupart des matériaux synthétiques standards non traités peut être suffisamment importante pour provoquer une explosion. Ainsi, on applique une finition antistatique qui absorbe l'humidité sur les surfaces des vêtements de protection, dissipant l’électricité statique pour éviter les étincelles pouvant provoquer un incendie.

EPI DIVERS
- combinaison anti-insectes

Matériaux des vêtements de protection du corps

Les textiles employés sont devenus très techniques avec sans cesse l’apparition sur le marché de nouvelles matières synthétiques. Les nouvelles propriétés qu'arrivent à offrir ces textiles techniques contre un grand nombre d'agressions potentielles s’améliorent régulièrement non seulement en matière de performance mais aussi de légèreté et de confort.
La grande diversité des solutions de textiles offertes ne permet pas de les énumérer toutes dans le cadre de ce dossier. Citons :
- Abrasion : caoutchouc renforcé, cuir épais renforcé de fibre …
- Angles vifs : Cotte de mailles, cuir épais renforcé de fibre, cotte de mailles ou tissu-éponge en fibre aramide …
- Produits chimiques et fluides : Les risques varient, entre autres facteurs, selon le produit, sa concentration et la durée du contact : caoutchouc naturel, néoprène, caoutchouc nitrile, caoutchouc butyle, PTEF (polytétrafluoréthylène), Téflon ®, Viton ®, chlorure de polyvinyle Tychem ®,...
- Froid : Cuir, plastique ou caoutchouc isolé, laine, coton …
- Chaleur : Zetex ®, Nomex®, Kevlar®, Kermel®, tissu-éponge (fibre aramide) …
- Electrostatique : Tyvek®

 

  • Quels vêtements de protection contre les risques chimiques ? Etude INRS ED127
  • Les vêtements de protection : choix et utilisation : Etude INRS ED995 (Déc. 2007)