Améliorer la santé visuelle des collaborateurs avec Gunnar Optiks
LES YEUX NE SONT PAS FAITS POUR FIXER LA LUMIÈRE BLEUE ARTIFICIELLE
GUNNAR OPTIKS : Lunettes pour écrans anti fatigue et anti lumière bleue

GUNNAR OPTIKS est le leader mondial dans la fabrication de lunettes pour écran et technologie anti lumière bleue. Sa technologie brevetée depuis 2007 va réduire la fatigue visuelle liée au heures passées devant les écrans et filtrer la lumière bleue novice émanant des lumières artificielles comme les Leds. Nos habitudes numériques évoluent et nous passons tous chaque jour de plus en plus d'heures devant nos smartphones, ordinateurs, tablettes, jeux videos... L'impact de cette surexposition à la lumière bleue a des incidences notables à court, moyen ou long terme.

Dans les entreprises, les collaborateurs développent de la fatigue visuelle, des syndromes de migraines, de yeux irrités et perdent en concentration et en performance. Avec la technologie Gunnar, ils améliorent leur endurance visuelle et leur productivité.

Que ce soit pour le bureau devant son ordinateur, pour la maison devant sa tablette ou devant les jeux videos, les lunettes Gunnar sont la meilleure solution pour protéger efficacement les yeux avec la meilleure performance du marché. Et ce depuis plus de 12 ans.

Cette offre vous intéresse ?

Pour obtenir gratuitement des infos sur cette offre, il suffit de renseigner votre adresse email :

 
Envoyer à ami
Le portail des preventeurs : www.officiel-prevention.com Accidents du travail en France L'article L. 411-1 Code de la Sécurité Sociale définit ainsi l'accident du travail : "Est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d’entreprise » Pour qu’un accident soit considéré comme accident de travail, il faut donc : - Un « fait accidentel » pouvant être daté avec précision et qui soit à l’origine d’une lésion corporelle ou psychique (la lésion ou sa rechute doit être soudaine) ; - L’existence d’un lien de subordination de la victime à son employeur au moment de l’accident - Il n’est pas nécessaire que le fait à l’origine des lésions soit strictement lié à un acte de travail du moment que le salarié reste dans les liens de la subordination.