La protection des bras


En France, les TMS du membre supérieur sont reconnus au titre des tableaux 57 et 69 des maladies professionnelles (MP) du régime général et au titre du tableau 39 du régime agricole.


Des coupures, déchirures musculaires ou des ruptures de ligaments, fractures, brûlures, irritations aux bras peuvent avoir des conséquences parfois très graves alors qu’il existe des protections individuelles (gants avec poignets ou manchettes de sécurité) contre les risques mécaniques ou thermiques. C’est obligatoirement le cas pour :
- Les travailleurs occupés au désossement à l’aide de couteaux doivent porter une manchette appropriée au risque et couvrant l’avant-bras du poignet au coude ;
- Les travailleurs dont les avant-bras sont exposés à des projections vulnérantes ou à des projections de matières incandescentes.
Les conditions de travail avec coude au-dessus du milieu du tronc ou bras non maintenu pendant les tâches de précision réalisées par les mains génèrent très souvent des troubles musculo-squelettiques.
En France, les TMS du membre supérieur sont reconnus au titre des tableaux 57 et 69 des maladies professionnelles (MP) du régime général et au titre du tableau 39 du régime agricole. Parmi les pathologies reconnues par le tableau 57 figurent la tendinopathie de la coiffe des rotateurs (épaule, MP 75), l'épicondylite (coude, MP 77) et le syndrome du canal carpien (poignet : voir notre dossier « Protection des mains ») avec la liste limitative des travaux susceptibles de provoquer ces maladies.
Les TMS du membre supérieur sont largement les plus fréquentes des TMS des membres :
50 % des TMS des membres déclarés comme maladie professionnelle atteignent le poignet ;
26 % l'épaule ;
20 % le coude ;
moins de 5 % concernent les membres inférieurs.

Les principaux facteurs de risque biomécaniques sont :
- la forte répétitivité des gestes,
- les efforts excessifs,
- les zones articulaires extrêmes,
- le travail en position maintenue
La tendinopathie de la coiffe des rotateurs entraine une épaule douloureuse au minimum ou totalement enraidie et est consécutive à des mouvements répétés ou forcés de l’épaule, des situations de travail statique prolongé, bras levés à hauteur ou au dessus des épaules, la manipulation d’objets ou d’outils de poids excessifs, ou à l’exposition aux vibrations mécaniques.

La prévention des TMS passe par l’ergonomie et l’organisation du travail: il convient de réduire les efforts de préhension par la conception d’outils ergonomiques, de respecter les angles de confort et de diversifier les gestes de travail.

  • Les troubles musculosquelettiques du membre supérieur (TMS-MS). Guide pour les préventeurs. Edition INRS Référence : ED 957 Année de publication : 2005
  • "Prévenir les troubles musculosquelettiques du membre supérieur. De la réflexion à l'action. Des repères théoriques, des démarches, des outils... et des hommes". Edition INRS Référence ED 4056, Année de publication : 2000


Ce Dossier vous intéresse ?

Vous êtes à la recherche d'un fournisseur pour 'les mains' ou souhaitez mettre en place une activité dans ce domaine : saisissez votre email et cliquez sur 'OK':

 
Envoyer à ami