ALCOTEST® 3000
Transmetteur modulaire Dräger
Polytron 7000
Dräger créé en 1953 le premier éthylotest et distribue depuis plus de 50 ans
des Alcotest®, marque déposée par Dräger, aujourd'hui un mot largement
utilisé dans le langage commun. Dräger fournit les forces de l'ordre en France
et dans le monde entier.


L’Alcotest® 3000 s’adresse :
- aux entreprises souhaitant faire de la prévention ou dépister l’alcoolémie.
- au grand public, grâce à un fonctionnement simplifié

Voici les principaux atouts de l’Alcotest 3000® :
- Le plus performant des éthylotests de classe 2,
- Affichage numérique jusqu'à la valeur seuil et au-delà, indication d'un message de positivité.
- Simplicité d'utilisation,
- Longue autonomie.

POUR VOTRE SÉCURITÉ, CHOISISSEZ LE VÉRITABLE ALCOTEST® !
Contact :
Département Protection Respiratoire
Madame Linda Kräutle
Tél. +33 (0)3 88 40 59 33
linda.kraeutle@draeger.com
Dräger Safety France s.a.s.
3c, route de la Fédération - BP 80141
67025 Strasbourg Cedex
Tél. +33 (0)3 88 40 76 76
Fax. +33 (0)3 88 40 76 67

http://www.draeger.com

Cette offre vous intéresse ?

Pour obtenir gratuitement des infos sur cette offre, il suffit de renseigner votre adresse email :

 
Envoyer à ami
Le portail des preventeurs : www.officiel-prevention.com Le Comité hygiène sécurité et conditions de travail (CHSCT) procède à des inspections dans l'établissement. En cas de risque grave ou de projet de d'aménagement important (voir article L. 4131-2 du code du travail français), le Comité hygiène sécurité et conditions de travail (CHSCT) peut faire un appel à un expert agréé, rémunéré aux frais de l'entreprise. Le Comité hygiène sécurité et conditions de travail (CHSCT) peut par ailleurs mettre en œuvre la procédure d'alerte qui lui est conférée par l'article L. 4131-2 du Code du travail : il peut alors prendre l'initiative d'informer l'employeur sur l'imminence d'un danger menaçant gravement la sécurité des travailleurs. En cas de divergence entre la majorité des membres du Comité d'hygiène et l'employeur, ce dernier en informe la Direction Départementale du Travail qui peut saisir le juge des référés en vue d’ordonner la fermeture de l'atelier ou du chantier. Cette décision peut être assortie d'une condamnation au paiement d'une astreinte.