Eclairage des pièces aveugles : confort, sécurité, santé
L’absence de lumière naturelle sur certains lieux de travail a des conséquences sur l’efficacité et la sécurité au travail ainsi que sur le confort et la santé des personnels qui travaillent dans de tels locaux. Maux de tête, gênes oculaires, fatigue voire certaines formes de déprime sont plus fréquentes dans les locaux aveugles ou sombres.

Eclairage des pièces aveugles : confort, sécurité, santé

L’absence de lumière naturelle sur certains lieux de travail a des conséquences sur l’efficacité et la sécurité au travail ainsi que sur le confort et la santé des personnels qui travaillent dans de tels locaux. Maux de tête, gênes oculaires, fatigue voire certaines formes de déprime sont plus fréquentes dans les locaux aveugles ou sombres.

Pourtant, les pièces aveugles à usage professionnel sont plus nombreuses que l’on pourrait le penser : sous-sols d’immeubles abritant des services techniques ou administratifs, salles de réunion au centre d’immeubles de bureaux, bureaux situés en étages bas, salles de contrôle dans les sites industriels etc.. De plus les impératifs de confidentialité pour certaines professions (avocats, banquiers), obligent à transformer des locaux disposant de grandes fenêtres, en bureaux aveugles en fermant les rideaux ou stores. D’autres secteurs sont également concernés et privés de lumière du jour, notamment lorsqu’il s’agit de protéger la propriété intellectuelle : laboratoires de recherche, secteurs sensibles.

Qu’est-ce qu’une pièce aveugle ?
Une pièce aveugle est un bureau, un local ne disposant d’aucune fenêtre sur l’extérieur ou situé à plus de 6 mètres d’une ouverture sur l’extérieur. On pourrait inclure également dans cette catégorie, les locaux dont les fenêtres sont occultées pour des raisons de confidentialité.

Inconvénient des pièces aveugles
Par définition, les pièces aveugles ne permettent pas de bénéficier de la lumière du jour, ni de vue sur l’extérieur. Les personnes qui travaillent dans ces lieux, souffrent plus souvent de maux de tête, de troubles oculaires, de fatigue, et de troubles du sommeil. Alors que des études ont démontré que les personnes dont le poste de travail se situant à proximité des fenêtres étaient moins souvent malades que les autres, il est évident qu’apporter un soin particulier au confort des locaux aveugles est une priorité.

Quelles solutions pour apporter du confort aux pièces aveugles ?
L’éclairage des pièces aveugles nécessite encore plus de vigilance que les autres locaux. Le code du travail impose un éclairement minimum de 300 lux sur le plan de travail pour le travail sur écran et de de 500 lux pour la mécanique de précision par exemple. Ces valeurs constituent des valeurs minimales à respecter pour rester dans le cadre légal.

L’éclairage ne se limite pas à une quantité minimale de lux. Pour apporter un réel confort et parfois une réelle sécurité aux collaborateurs, il convient de choisir des éclairants très proches de la lumière naturelle dans toutes ses caractéristiques. C’est à ce niveau qu’interviennent des critères techniques de choix : température de couleur, indice de rendu des couleurs et couverture du spectre complet de la lumière naturelle.

Comment choisir un éclairage lumière du jour
Les critères pour choisir un éclairage lumière du jour sont d’ordre technique, ces critères s’appliquent également à la lumière naturelle.

Les caractéristiques de la lumière naturelle sont les suivantes :

- Température de couleur : environ 5500 degré Kelvin (printemps/été en journée, aux heures de travail)
- Indice de rendu des couleurs : 100/100
- Couverture du spectre des couleurs : large et continue (voir schéma « Spectre de la lumière naturelle du jour »)

Malheureusement nos éclairants artificiels standards, y compris les LEDs, sont bien éloignés de la lumière naturelle : température de couleurs associées à la lumière du jour 4000 K ou 6500 K, indice de rendu des couleurs aux alentours de 80, couverture du spectre des couleurs médiocre (voir schéma « Blanc neutre tri-phosphore »).

Ce sont ces caractéristiques très imparfaites qui provoquent les gênes diverses (oculaires, maux de tête, fatigue, etc.).

Les sources lumineuses qui s’approchent de la qualité de la lumière naturelle dans toutes ses caractéristiques, existent pourtant depuis longtemps. La NASA fut la première à expérimenter avec succès ce type d’éclairage dans ses
navettes spatiales dans les années 60. Depuis lors, elles ont été développées pour s’adapter à tous les environnements tertiaires et industriels.

Alors apporter la lumière du jour dans les pièces aveugles devient une solution évidente. Cette opération peut se révéler très simple : en effet le remplacement des sources lumineuses des luminaires en place par des sources lumineuses qui imitent fidèlement la lumière du jour est une opération rapide et facile à mettre en place.

Le duo sources lumineuses et luminaire
Selon l’association française de l’éclairage 80 % du parc français en éclairage tertiaire est obsolète et ne répond pas aux normes européennes en vigueur. Le choix de nouveaux luminaires doit tenir compte de la spécificité des pièces aveugles en favorisant des luminaires basse luminance et/ou des éclairages avec une part de diffusion indirecte qui offre un éclairage ressenti comme plus confortable par les utilisateurs. . Il est également judicieux de veiller à une bonne homogénéité de la répartition de la lumière, sans zone d’ombre et sans éblouissement.

Un ameublement confortable et le choix de couleurs claires pour le revêtement des murs et plafond viendront compléter et renforcer le sentiment de confort des usagers.

Eclairage lumière du jour : confort, santé, sécurité
Des recherches physiques, photo physiologiques et photo psychologiques ont démontré qu’un l’éclairage lumière du jour proche de la lumière naturelle offre une vision parfaite, contribue à l’équilibre psychologique et à la santé des collaborateurs, et à la sécurisation des tâches de précision.
Un véritable éclairage lumière du jour transforme les locaux aveugles en espace de travail confortable, sécurisé et agréable.
Informations fournies par Luxcédia. Pour en savoir plus sur l’éclairage professionnel lumière du jour : www.luxcedia.fr

Cette offre vous intéresse ?

Pour obtenir gratuitement des infos sur cette offre, il suffit de renseigner votre adresse email :

 
Envoyer à ami
Le portail des preventeurs : www.officiel-prevention.com Document Unique de Sécurité (D.U.S.). En France, le document Unique de Sécurité (D.U.S.) a été créé par le décret n° 2001-1016 du 5 novembre 2001. Il est la transposition, par écrit, de l'évaluation des risques, imposée à tout employeur par le Code du Travail (article R. 4121-1 et suivants du code du travail français). Il est obligatoire pour toutes les entreprises et associations de plus de 1 salarié. L'absence de document Unique de Sécurité (D.U.S.), en cas de contrôle de l'inspection du travail, peut être sanctionné de 1 500 euros d'amende par unité de travail et de 3 000 euros par unité de travail en cas de récidive. En cas d'accident de travail ou de maladie professionnelle, la responsabilité civile de l’employeur peut être engagée si la faute inexcusable est reconnue entraînant une réparation du préjudice subi (souffrances morales et physiques, esthétiques...) et une cotisation complémentaire en remboursement de la rente majorée servie par la sécurité sociale. Le document Unique de Sécurité (D.U.S.) permet de lister et hiérarchiser les risques pouvant nuire à la sécurité de tout salarié et de préconiser des actions visant à les réduire voire les supprimer. Ce document doit faire l'objet de réévaluations régulières (au moins une fois par an), et à chaque fois qu'une unité de travail a été modifiée. L’intérêt du document Unique de Sécurité (D.U.S.) est de permettre de définir un programme d’actions de prévention découlant directement des analyses et évaluations des risques qui auront été effectuées. L’objectif principal est de réduire les accidents du travail et les maladies professionnelles. Forme du document : Il n'existe aucun modèle imposé. L'employeur est libre d'utiliser tous types de supports (papier, informatique, etc) pour transcrire le résultat de son évaluation des risques. La seule obligation est que ce document soit fait sur un support unique qu'il soit papier ou numérique.